Editions Acte Sud, Polar/thriller nordique

Le chasseur de lapins – Lars Kepler

Je continue toujours mes lectures de la série Joona de Lars Kepler. Je vois arriver le bout progressivement, il ne me restera plus que deux titres à lire, et je vous avoue que j’angoisse un peu du moment où je tournerai la dernière page, du dernier roman traduit en français… Plus je découvre cette série, plus je l’aime… Je me suis très attachée aux personnages, j’ai l’impression de retrouver de vieux amis à chaque fois que j’entame un nouveau tome, et chaque histoire fait palpiter mon cœur de lectrice !

Le chasseur de lapins n’est pas une exception, et c’est encore une réussite !

Je vous parle aujourd’hui du sixième roman de la série Joona de Lars Kepler, Le chasseur de lapins, publié chez Acte sud.

Pour aller plus loin et découvrir mes précédentes chroniques de Lars Kepler :

L’histoire (4ème de couverture)

Le ministre des Affaires étrangères est sauvagement assassiné en pleins ébats sadiques avec une prostituée et les autorités redoutent un acte terroriste. L’inspecteur Joona Linna a purgé deux ans de sa peine dans une prison de haute sécurité lorsqu’il est conduit à une réunion secrète dans une aile inconnue de l’établissement. Au fond du couloir, deux agents de la Säpo sont postés devant une porte. Quand il découvre la personne qui l’attend de l’autre côté, Joona n’en croit pas ses yeux. Le Premier ministre se lève et lui dit : cette rencontre n’a jamais eu lieu. Avec «Le chasseur de lapins», Lars Kepler signe un thriller psychologique magistral, finement ciselé et plein de rebondissements inattendus. Cette lecture vient réveiller l’animal apeuré qui dort en chacun d’entre nous…

Si je devais résumer en quelques lignes ce roman, je dirais qu’il marque un véritable tournant dans la série de par son intrigue résolument différente des précédents, et par la violence qui en émane.

Badaboum !

On a trop l’habitude de penser que les thrillers nordiques sont de gentils ouvrages pas très violents, qui sont plus des romans d’atmosphère que de véritables ouvrages à suspense. Oubliez cette définition avec Lars Kepler, parce que vous allez en prendre prend la tronche ! Le roman démarre de manière tonitruante avec un long passage à m’en faire sortir le cœur de la poitrine ! Immédiatement dans le bain, j’ai enchaîné tout le reste du roman en moins de 48h, alors qu’il fait près de 600 pages.

Cette fois, l’intrigue change de dimension : le ministre suédois des affaires étrangères est assassiné, sous les yeux de la prostituée qu’il était en train de violenter. La fille est laissée vivante, l’enquête démarre dans le plus grand secret. Acte terroriste ? Vengeance politique ou personnelle ? Les hautes sphères suédoises sont ébranlées, il faut enquêter vite, bien et de manière discrète car officiellement le bonhomme est mort d’une grave maladie afin d’éviter le scandale…

Les auteurs ne vont pas s’arrêter à ce meurtre, il y en aura de nombreux autres et ils toucheront toujours des personnes hautement placées, connues ou influentes, mettant littéralement sur les dents les flics chargés d’enquêter. A l’aide de Joona, personnage phare de la série, la solide équipe de flics devra faire face à un redoutable adversaire surentraîné et qui ne reculera devant rien pour aller au bout de son plan. Pourtant cette fois, les flics seront laissés un peu en arrière-plan par les auteurs qui ont décidé de nous placer non pas aux côtés d’eux durant l’enquête, mais plutôt du côté des victimes.

L’enquête est haletante, et il faudra attendre la fin du roman pour découvrir qui se cache derrière Le chasseur de lapins. Je suis restée sur le cul par la révélation finale, et bien qu’habituée aux thrillers et aux polars vu que je ne lis que ça, je n’ai strictement rien vu venir !

A grand renfort de fausses-pistes, d’actes manqués, de retrouvailles avec des personnages rencontrés dans les précédents tomes, des courses-poursuites, de castagne, des dommages collatéraux, Le chasseur de lapin possède tous les bons ingrédients pour cocher la case d’excellent thriller !

Le mot de la fin

Ces deux-là sont très forts…

Je commencerai Lazare, la suite de la série, très prochainement…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s