Déceptions, Editions Acte Sud

Le pacte – Lars Kepler

Voilà déjà quelques jours que j’ai terminé le second roman de la série de Lars Kepler, malheureusement la déception étant à la hauteur de mes attentes après le coup de cœur que j’ai eu pour L’hypnotiseur, j’avoue ne même pas avoir eu envie de rédiger l’article tant je n’ai pas aimé ce roman. Pourtant, si j’ai décidé un jour de tenir un blog, c’est pour faire part de tous mes ressentis de lecture, y compris quand ils sont négatifs, vous commencez à en avoir l’habitude avec moi.

C’est une chronique cinglante que je publie aujourd’hui, je n’ai rien aimé dans ce bouquin et je suis même en colère d’avoir vécu une telle déception après L’hypnotiseur.

Je vous parle du roman Le pacte, de Lars Kepler, publié chez Acte Noir/Acte Sud.

Non, non, non, non, non et non !

J’avoue que je ne l’avais pas venue venir, cette déception-là… Qu’on n’accroche pas à un roman d’un auteur qu’on apprécie, OK ça arrive de temps en temps, mais quand ça arrive seulement au second roman d’une longue liste, on est en droit légitimement de se demander si on va continuer avec lui (ou eux en l’occurence ici) ou pas.

Que dire, à part que j’ai trouvé ce roman brouillon, manquant diaboliquement de structure et d’un fil rouge ne serait-ce que ténu auquel me raccrocher, ce roman qui aborde bien trop de sujets différents pour un seul et même bouquin : trafic d’armes, complots politiques, musique, génocide, tueurs à gage, ONG et j’en passe… Tout semble décousu, emmêlé à tel point qu’on a l’envie furieuse de lâcher l’affaire parce qu’on ne sait pas comment on pourrait s’en sortir d’un bordel pareil, les personnages sont bien trop nombreux pour qu’on s’y retrouve, pas assez exploités du coup forcément, les lieux et thèmes multiples nous perdent tant que je n’avais même pas envie de découvrir ce qui liait tout ça ensemble. Lassitude immense dans ma lecture que je n’ai fait que subir sans y prendre le moindre plaisir.

C’est dommage, car le début était vraiment prometteur, mais ça s’est effondré rapidement comme un soufflé sorti trop rapidement du four.

Je n’ai rien retenu de positif dans ce roman, je me laisse encore deux ouvrages de Lars Kepler pour me décider de continuer ou non car on m’a dit tellement de bien du roman Le marchand de sable que j’ai envie de le lire, mais si tout le reste est à l’image de celui-ci, Lars Kepler et moi aura été le crush littéraire le plus éphémère qui ait pu exister entre un auteur et moi.

Au suivant !

L’histoire (4ème de couverture)

Après L’Hypnotiseur (125 000 exemplaires), l’inspecteur Joona vient mettre son nez dans une sombre affaire de suicide impossible, qu’il ne peut s’empêcher de lier à une autre mort suspecte, doublée d’une double disparition… Le diabolique duo Lars Kepler continue son exploration de la face sombre de la Suède avec ce nouveau thriller haletant, sur fond de trafic d’armes et d’embargo international contre le Soudan.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s