Déceptions, Editions Acte Sud, Polar/thriller nordique

Morte la bête – Lotte & Søren Hammer

Première chronique du mois d’août, toujours du nordique (ça va avec la météo et la soupe courgette Kiri Kiri Kiriiiiii qui accompagne mes repas ces derniers jours – 16 degrés aujourd’hui en Lorraine hein).

J’ai lu il y a quelques semaines La fille dans le marais de Satan, dernier ouvrage traduit en français de cette série suédoise, j’avais beaucoup aimé et j’avais alors décidé de reprendre tout depuis le début en les lisant dans l’ordre cette fois. Autant vous le dire de suite, ça ne s’est pas très bien passé entre lui et moi… 

Je vous parle aujourd’hui de Morte la bête, de Lotte & Søren Hammer, publié chez Babel noir.

L’histoire (4ème de couverture)

Des enfants retrouvent des cadavres pendus dans la salle de sport de leur école. Les victimes ont par le passé commis des abus sexuels et, bien que les cadavres soient atrocement mutilés, l’opinion et la presse sont partagées au sujet de la culpabilité des assassins. Au fond, n’ont-ils pas eu ce qu’ils méritaient ? Une première enquête épineuse pour l’inspecteur Simonsen et son équipe…

Mais que s’est-il passé ?

Si l’ouvrage démarre de manière tonitruante avec la découverte non pas d’un, mais de cinq cadavres pendus dans un gymnase, mon problème principal avec ce roman a été la structure, ou plutôt l’absence de structure. Le récit ainsi que la narration sont particulièrement décousus, ça a rendu ma lecture d’abord lassante, ensuite gonflante, j’ai fini par survoler des passages entiers pour arriver plus vite à la fin tant mon intérêt s’essoufflait et que le bouquin me prenait la tête. J’ai besoin d’ouvrages qui ont un minimum de cadre pour que je puisse m’y retrouver facilement dans la temporalité, parmi les personnages aussi d’autant plus quand il s’agit du premier ouvrage d’une série. Il faut cadrer les choses pour accrocher le lecteur et lui donner envie de continuer, et tout ce que l’ouvrage a réussi à faire c’est m’agacer profondément.

L’ouvrage traite d’un thème assez difficile, y compris pour moi qui suis adepte des thrillers et polars difficiles, celui de la pédophilie. J’avoue avoir été parfois mal à l’aise durant ma lecture, je me suis efforcée de me dire que ce n’était que de la fiction et que ça ne reflétait en rien les idées des auteurs, il n’en reste pas moins que certains passages et idées véhiculées m’ont gênés sur le plan éthique. Difficile de vous en dire plus sans vous spoiler quoi que ce soit, je ne vais donc pas m’étendre sur le sujet.

Je n’ai pas arrêté de comparer ma lecture à ce que j’ai ressenti durant la série de Hjorth & Rosenfeldt et forcément j’ai trouvé ce roman bien fade. L’inspecteur Konrad fait bien pâle figure par rapport aux personnages de la série Dark secret, je n’ai pas ressenti d’attachement particulier envers lui, je l’ai trouvé quelconque et je ne ressens pas le besoin immédiat de le retrouver rapidement dans le prochain opus. Peut-être que ça se serait mieux passé si je n’étais pas dans cette période de déprime littéraire, ce fameux spleen quand on vient d’achever une série de bouquins exceptionnels…

J’ai attendu jusqu’à la fin un rebondissement qui aurait agi sur moi comme une décharge de défibrillateur, ce fameux « whaouuuuuuuuuu » qu’on adore avoir lorsqu’on est surpris par la tournure de l’intrigue… En vain. J’ai refermé ce livre avec le soulagement d’en avoir enfin fini… Que ce fut long…

Le mot de la fin

J’ai envie de laisser une seconde chance à ce duo d’auteurs, parce que La fille dans le marais de Satan m’a vraiment plu, et je n’ai pas envie de les bannir de ma bibliothèque alors que c’est peut-être juste un accident de parcours entre eux et moi. Si le suivant ne me convient pas, alors j’arrêterai et je passerai à autre chose. En tout cas pour l’instant, le second patientera encore un peu dans ma PAL…

Next !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s