Non classé

Le secret du mari – Liane Moriarty

Le genre de bouquin que je n’aurais jamais pensé chroniquer sur mon blog, moi l’amatrice de polars qui tabassent et bien glauques.

J’avais besoin de quelque chose de plus léger mais avec un semblant de suspense malgré tout, je ne suis pas encore prête à passer à de la lecture de littérature blanche et encore moins du feel-good. J’ai tellement aimé la série Big Little Lies, découverte lors du confinement 1, que je me suis dit « allez Anaïs, essaie de lire cette auteure ».

Bon, ça ne sera ni le bouquin du siècle ni de mon année littéraire, mais ma foi il a rempli son rôle en me divertissant plusieurs heures.

Je vous parle aujourd’hui de mon premier roman de Liane Moriarty, Le secret du mari, publié au Livre de poche.

L’histoire (4ème de couverture)

Bienvenue au pays des Desperate Housewives !

Si je devais comparer ce roman à une série, incontestablement je le comparerais aux Desperate Housewives dont j’étais une très grande fan. Tout y est : la vie de famille, des conjoints pas forcément très clairs, des ruptures, des tromperies, des gosses quasi parfaits, des belles-mères emmerdantes, des fêtes organisées par l’école et qui réunissent tout ce petit troupeau de mégères au sourire par-devant, langues de vipères par-derrière… Bref, le package complet quoi !

L’intrigue tourne donc autour de plusieurs femmes, de leur vie de famille, vie sociale également et du fameux secret évoqué dès le titre.  Pour avoir la révélation à ce secret, il faudra forcément attendre un certain temps, et ce démarrage fut bien long ! Un peu plus de 100 pages pour nous présenter l’ensemble des personnages dans leur cercle familial. Bon soit.

Dire que les personnages, leur comportement, ainsi que les dialogues sont de véritables clichés est un euphémisme. J’ai bien eu l’impression de me retrouver dans un téléfilm de l’après-midi diffusé sur TF1. Gnangnan à souhait par moment, caricatural également, la plupart des hommes sont ignobles, les femmes sont des bécasses, mais bizarrement et même si j’ai eu envie d’en claquer quelques-uns par moment, c’est léger, ça se lit tout seul, pas besoin de réfléchir ni de te triturer le cerveau, ce n’est pas le genre de livres qui me fera faire des cauchemars et ça me change de mes lectures habituelles. Je savais dans quoi je me lançais en le commençant et j’y suis allée en connaissance de cause.

Le mot de la fin

Objectivement, je ne sais pas si je lirai à  nouveau cette auteure. Ça m’a un peu sorti de ma zone de confort, mais force est de constater que je suis plus ouverte aux intrigues du genre dans un téléfilm de Noël (la grande passion de mon hiver 2020 ^^ Même pas honte), plutôt que dans mes lectures.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s