Non classé

Un père idéal – Paul Cleave

Il me semble avoir lu un roman de Paul Cleave avant de commencer mon blog mais je dois vous avouer que je n’ai plus aucun souvenir ni de l’intrigue, ni même de son titre !

Ce roman patientait dans ma PAL depuis… Pfioouuuu ! Tellement longtemps que je ne me souviens même plus depuis quand !

Je vous parle aujourd’hui d’Un père idéal, de Paul Cleave, publié chez Le livre de poche.

L’histoire (4ème de couverture)

Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour y arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il se tourne pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur.

Extraordinaire !

C’est l’histoire d’un drame. Une famille va être détruite parce que les membres qui la composent auront été au moment endroit au mauvais moment. Un drame et la vie bascule en enfer. La douleur incommensurable de la perte d’un être cher peut provoquer des cataclysmes pour ceux qui restent. Il y a ceux qui plongent dans la dépression, ceux qui se laissent complètement abattre, et ceux qui décident de se venger. Et cette vengeance-là, celle de celui qui a tout perdu, est incontrôlable. Comme s’il n’avait pas assez souffert, Edward… Son serial-killer de père est sous les verrous depuis son plus jeune âge après avoir assassiné plusieurs prostituées, sa mère a complètement pété les plombs et en est morte. Edward avait pourtant réussi à rompre cette chaîne de drames. Bien marié avec Jodie, ils avaient une jeune enfant adorable, ils vivaient bien ensemble, avaient des projets, ils s’aimaient… Jusqu’au drame. Il y a des gens chez qui le destin, ce foutu destin, s’acharne… Comment alors continuer à avancer ? Est-ce que, finalement, après avoir coupé les liens avec son monstre de père, Edward ne remarquerait pas que malgré les horreurs perpétrées, il tiendrait plus de lui que ce qu’il pouvait imaginer ?  

J’ai failli arrêter ce roman durant sa première partie. Non pas parce qu’il ne me plaisait pas au contraire, mais parce que l’auteur a si bien décrit la douleur du deuil que ça en était insupportable pour moi. Il a réussi à réveiller des moments douloureux auxquels je me suis identifiée, des moments qui ont laissé une cicatrice éternelle sur ma vie et avec laquelle je dois vivre jour après jour. En m’identifiant à ces émotions ressenties par Edouard, par sa famille, il a été presque insupportable pour moi de continuer à avancer dans ma lecture. Et puis l’auteur embraye sur le processus de la vengeance, laissant un peu la douleur de côté, et j’ai eu envie de continuer.

Alors bien sûr la thématique abordée n’a rien de révolutionnaire et régulièrement, je lis des romans qui mettent en lumière le processus de la vengeance. Ce sont, la plupart du temps, des romans poignants et particulièrement éprouvants parce qu’on ne peut rester insensible face à une douleur si insupportable qu’elle fait perdre la raison à celui qui souffre, le propulsant de la position de victime à celle de bourreau.

Aucun temps mort dans ce roman qui va à cent à l’heure à la manière d’une vaste course-poursuite dans cette ville malfamée de Christchurch où il ne fait pas vraiment bon vivre.

Le mot de la fin

Cette lecture s’est tellement bien passée que j’ai, du coup, envie de lire tout le reste de la bibliographie de l’auteur !

Affaire à suivre dans les prochaines semaines !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s