Non classé

Cauchemar – Paul Cleave

Ami lecteur, si tu veux un roman qui décape et qui ne te laisse pas une seule seconde pour reprendre ton souffle, j’ai ce qu’il faut !

Paul Cleave a une nouvelle fan ! Il aura fallu attendre cette année pour que je prenne enfin le temps de découvrir l’auteur néo-zélandais, et je pense objectivement que toute sa bibliographie va y passer avant fin décembre !

Je vous parle aujourd’hui de Cauchemar, de Paul Cleave, publié chez Sonatine.

L’histoire (4ème de couverture)

Un cauchemar qui va vous tenir éveillé toute la nuit.

Acacia Pines, États-Unis. Une petite fille, Alyssa Stone a mystérieusement disparu. Noah, un des flics du village fait irruption chez le principal suspect. Envahi par la colère, il le séquestre et le torture jusqu’à ce que l’homme lui révèle le lieu où Alyssa est captive. Noah file alors vers une vieille maison abandonnée, la ferme des Kelly, où il la retrouve enchaînée dans la cave, encore en vie.
Fin de l’histoire ? Non, début de l’histoire. Dévoiler davantage la suite des événements serait criminel. Sachez seulement que ceux-ci se passent douze ans plus tard. Le jour où Alyssa est à nouveau portée disparue. Et que le cauchemar recommence.
L’auteur d’ Un Employé modèle et de Ne fais confiance à personne nous revient plus en forme que jamais avec ce thriller d’une efficacité rare, entêtant comme un cauchemar récurrent.

Que de mystères dans ce roman !

Quelle est la probabilité pour qu’une même jeune fille soit enlevée à deux reprises dans sa vie ? Quasi nulle. C’est pourtant ce qui arrive à Alyssa dans Cauchemar. Et c’est ce qui pousse Noah, ancien flic de la ville, à revenir après 10 ans passés expatrié à l’autre bout du pays, et surtout après avoir raccroché l’uniforme pour devenir barman. Le policier a dû fuir la ville après une énième bavure. Le bonhomme est violent et il ira loin, trop loin pour obtenir des aveux. La moitié de la ville le déteste, et le ressenti s’en ressent toujours autant lorsqu’il fait son come-back.

Noah n’a pas froid aux yeux, Noah ne s’embarrasse pas des ronds de jambe ni de formules de politesse. Il est un être entier, capable de mettre sa vie en péril pour sauver une cause qui lui est chère. Il ne fait jamais dans la demi-mesure, et pourtant j’ai ressenti une certaine fragilité en lui, qui contraste avec l’image qu’il renvoie et les actions qu’il réalise. Noah est un peu le cliché du flic qu’on trouve dans les polars. Personnage construit sur une ambivalence et deux farouches consciences qui s’opposent continuellement en lui, le bien et le mal, Noah est l’atout majeur de ce roman. Plus que l’action, le rythme ou la construction de l’intrigue, c’est lui qui donne du corps au roman, de par son charisme et sa pugnacité.

J’aime énormément les romans qui se déroulent dans des petites villes où tout le monde se connaît, où on se plaît à détester certaines familles de génération en génération. Les secrets sont la gangrène de ces petites communautés, de même que la terreur que font régner certains à grand renfort de menaces, de représailles et de violences en tout genre.

L’action est incessante, le rythme dépote et entraîne une addiction complète pour le lecteur qui ne peut décrocher de son roman.

Cauchemar est tout ce que j’aime lire, et il est une franche réussite.

Le mot de la fin

Se lit en apnée, d’une traite. Un récit oppressant à souhait, torturé, dynamique et vous tenant en haleine de la première à la dernière ligne, Cauchemar fera assurément partie de mes meilleures lectures 2022.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s