Non classé

10 blogueurs et bookstagrameurs vous parlent de leur coup de cœur 2021

Les articles « Best of 2021 » se succèdent depuis plusieurs semaines déjà sur la toile littéraire, et cette année j’ai eu envie de donner la parole à 10 blogueurs et bookstagrameurs au sujet du thriller/polar qu’ils ont préféré en 2021.

Je suis sur les réseaux sociaux pour promouvoir mon blog évidemment, mais également et surtout pour échanger avec d’autres lecteurs et au fil des années, de belles relations se sont tissées, voire même sont devenues carrément de vraies amitiés.

Ces dix lecteurs influencent régulièrement mes lectures, font augmenter ma PAL ou remonter certains titres tout en haut de celle-ci… Ils sont également tous un peu rebelles (c’est pour ça que je les aime ! ) et vous allez voir que certains ont pris de grandes libertés avec mes consignes « Un seul bouquin par personne » et « un avis court en quelques lignes »… =)

Je laisse la parole aujourd’hui à mon équipe de choc composée de :

  • Aurélie – Aurelivres57
  • Agnès – Lisez du polar
  • Gérald – Les bouquins voyageurs de Gérald
  • Jennyfer – Books owl
  • Katia – Encore un livre
  • Katia – Katia et ses livres
  • Nicolas – Il en pense quoi Nico ?
  • Sylvain – Best of bad
  • Thomas – Tomabooks
  • Victoria – Mavic lit

– Agnès (Lisez du polar)

Les Promises – Jean-Christophe Grangé

Crédit photo : Lisez du polar

« Un thriller historique magistral ! J’ai retenu mon souffle, jusqu’à la dernière ligne de cette enquête hors norme dans la brutalité et l’horreur nazie. »

– Aurélie (Aurelivres57)

Retrouvez Aurélie sur son compte Instagram : Aurelivres57

– Claire Favan – La chair de sa chair

Crédit Photo : Aurelivres57

Lorsqu’Anaïs m’a proposé de vous parler de mon coup de cœur polar/thriller 2021, j’avais peur de n’avoir aucune légitimité dans ce domaine, contrairement à d’autres comptes bien plus spécialisés. Mais si mes lectures sont très éclectiques, les romans noirs tiennent néanmoins une place de plus en plus importante dans ma bibliothèque. C’est un genre littéraire qui me procure à chaque fois une bonne dose d’adrénaline. Plonger dans un thriller devient une véritable addiction, une sensation de réalisme et d’immersion que seules ces histoires peuvent me provoquer.

Si je ne devais retenir qu’un seul thriller cette année, ce serait sans hésitation La chair de sa chair de Claire Favan. Un livre qui a d’ailleurs reçu le Grand Prix du 9e Festival Sans Nom de Mulhouse cet automne et dont j’ai eu la chance de faire partie du jury.

Lire Claire Favan, c’est plonger dans l’âme sordide de ses personnages. C’est pénétrer leur psychologie complexe et sombre pour finalement douter. La chair de sa chair est le second roman de Claire Favan que je lis et je suis une fois encore sous le choc. En dévoiler trop sur cette histoire serait un sacrilège car elle construit petit à petit, telle une toile d’araignée, l’emprise fatale que l’on imagine. Notre cerveau est en ébullition tout au long de la lecture.

Je peux quand même vous dire qu’il est question d’une femme seule et de ses 3 enfants. De ses galères. De traumatismes qui ne veulent pas cicatriser. D’un meurtre effroyable volontaire ou non, conscient ou non. Et cette question que je me suis posée, étant moi-même maman : Si la chair de ma chair avait commis l’impensable, l’irréparable, comment aurais-je réagi ?

Ce thriller psychologique et machiavélique nous tient en apnée du début à la fin. Angoisse, manipulation, injustices et meurtres. Et cet amour inconditionnel maladif, malsain, qui pousse aux pires des crimes. Une chose est certaine, il ne faut surtout pas se fier aux apparences ! J’ai eu envie de crier à chaque injustice, envie de réagir et de leur ouvrir les yeux. Cette histoire je l’ai vécue intensément avec rage et émotion, avec colère et impuissance. J’ai eu l’impression d’avoir été moi-même blessée tant on s’y investit émotionnellement. Surtout quand il est question d’enfants et que mon cœur de maman est touché.

Une histoire que l’on referme en état de choc, complètement sonné par ce final aussi saisissant que glaçant. Il m’a fallu plusieurs jours pour digérer ce roman… pour écrire une chronique. Les mots sont encore difficiles à écrire tant l’horreur est à son comble. Claire Favan est incontestablement la reine des thrillers !

– Gérald (Les bouquins voyageurs de Gérald)

Retrouvez Gérald sur Instagram : Les bouquins voyageurs de Gérald

Charles Aubert – Vert Samba

Crédit photo : Les bouquins voyageurs de Gérald

« Il y a des auteurs qui ont une véritable identité, Charles Aubert est de cela. De par la beauté des titres qu’il donne à ses romans, la profondeur des personnages principaux, l’endroit choisi pour ses intrigues, Vert Samba ne déroge pas à la règle. A découvrir de toute urgence !« 

– Jennyfer (Books owl)

Retrouvez Jennyfer sur Instagram : Books owl

Le thriller que j’ai préféré cette année ? Il y en a deux (tu as dit que j’avais le droit !) : Heresix, de Nicolas Feuz et Biotope, de David Coulon.

J’ai lu ces deux bouquins à quelques jours d’intervalle et ils sont arrivés à un moment assez particulier. Je le dis depuis maintenant pas mal de temps, je trouve que le monde du thriller tourne un peu en rond. J’avais l’impression de lire les mêmes choses depuis des mois. À tel point que ce genre littéraire et moi avions pris deux chemins différents.

Mais heureusement, la littérature noire évolue constamment et avec Heresix et Biotope, j’ai eu l’impression de toucher la méga cagnotte du vendredi 13. À noter que ces deux thrillers sont pour les lecteurs les plus aguerris en matière de sensations fortes.

Heresix – Nicolas Feuz

Crédit photo : Books_owl

Je crois que sans la chronique de Tomabooks, je serais honteusement passée à côté de cet excellent bouquin. 

Direction l’Occitanie avec ce thriller qui rassemble tout ce que j’aime tant sur le fond que sur la forme. 

Ce n’est pas un pavé, il n’y a pas de fioritures. On va directement à l’essentiel (là où ça tabasse quoi !) avec ce thriller à l’efficacité redoutable qui ravira les lecteurs les plus avertis de littérature noire. C’est brutal, très sanglant et glauque avec des thématiques pas très sympas : prostitution, pédophilie, drogue… Autant dire que pour caler tout ça dans près de 300 pages en plus d’un soupçon d’Histoire, il faut y aller et savoir orchestrer son intrigue ou plutôt son puzzle ! Tout se met en place peu à peu dans ce thriller à cent à l’heure dont le rythme ne faiblit jamais et qui offre un final synonyme de dynamite. Jusqu’à la dernière ligne.

Biotope – David Coulon

Crédit photo : Books_owl

Il est difficile de parler de Biotope sans spoiler. Je te dirais que ce bouquin tire son épingle du jeu avec son intrigue très sombre aux rouages machiavéliques, mais peut-être surtout grâce à un style d’écriture unique, très incisif et nerveux. Des phrases courtes, voire très courtes, qui plongent inévitablement le lecteur dans les pensées et angoisses du personnage principal pour qui ça va évidemment mal tourner. Il sort de taule, nous ne connaissons pas son prénom et il trouve un boulot dans un garage. Avec de drôles de consignes. Stop, je m’arrête là pour l’histoire. 

Avant de lire David Coulon, nous pensons tous être prêts et savoir où nous allons mettre les pieds. Erreur. Nous nous transformons en voyeurs grâce à (à cause de ?) une écriture singulière et c’est aussi hypnotisant que dérangeant. Biotope est une lecture qui serait presque inclassable compte tenu de la noirceur sans pareille qu’elle renferme. Un auteur à découvrir pour ceux qui n’ont (vraiment) pas peur d’être malmenés par des lectures à l’atmosphère extrêmement déroutante !

– Katia (Encore un livre)

Antoine Renand – S’adapter ou mourir

Crédit photo : Encore un livre

Psychologiquement parfait.

Alors comment voulez-vous que je ne fasse pas l’éloge de cet auteur et de ce dernier thriller qui coche toutes les cases de ce que j’attends jusqu’à la dernière ligne ?
Amateurs de romans noirs, de thrillers percutants et dans l’air du temps, S’adapter ou mourir est une évidence et non un second choix.

Dolores Renondo – La face nord du cœur

Crédit photo : Encore un livre

J’ai découvert sa saga en 2019 « LA TRILOGIE DU BAZTAN » et ca été une révélation. Ce dernier tome LA FACE NORD DU COEUR est considéré comme un prequel, l’intrigue se situe à QUANTICO avant les événements de la trilogie, on est donc loin de l’atmosphère d’ELIZONDO, beaucoup de détails et de situations nous plongent dans une ambiance aussi sombre qu’ESPRITS CRIMINELS ! À découvrir d’urgence !

– Katia (Katia et ses livres)

Retrouvez Katia sur Instagram : Katia et ses livres

Les soeurs de Montmorts – Jerôme Loubry

Crédit photo : Katia et ses livres

« Choisir c’est renoncer… C’est la fin du monde dans 3 jours (admettons) alors quel livre pourrait vous accompagner avant cette catastrophe ?

Si vraiment c’est l’extinction totale de la planète et qu’il n’y a plus aucune chance, aucun avenir… Il faut absolument lire « Les sœurs de Montmorts » de Jérôme Loubry, c’est le livre que je retiendrai de cette année 2021.

Le récit, l’ambiance, les personnages, le lieu, tout est réuni pour nous plonger dans une histoire qui sera tout sauf bienveillante.

Ce livre est diabolique. J’ai eu peur, et cela arrive rarement avec un bouquin.

La construction est incroyable, tout est mis en place pour nous enfermer dans des convictions, des certitudes. Et une fois que l’on commence à se sentir rassuré, Jérôme Loubry tape fort, tout vole en éclats et il arrive à nous offrir une fin à couper le souffle. L’histoire est originale et j’ai été tenue en haleine du début à la fin dans cette quête de vérité.

– Nicolas (Il en pense quoi Nico ?)

William Boyle – La cité des marges

Crédit photo : Nicolas Housset

« L’année 2021, comme l’année 2020, ne fut pas une grande année de lecture pour moi. Il suffit de regarder ma page Facebook ou mon compte Youtube pour s’en rendre compte. J’ai malgré tout lu quelques bons romans. Un vrai retour aux sources puisque j’ai principalement orienté mes lectures sur des auteurs américains. Deux livres m’ont particulièrement marqué cette année : La cité des marges de William Boyle et Sarah Jane de James Salis. Comme disait Connor MacLeod « Il ne peut en rester qu’un » donc parlons un peu de La cité des marges.

Aussi cliché que cela puisse paraître, j’ai été attrapé par ce roman choral dès la première page et je ne l’ai jamais laissé jusqu’au dernier mot de l’épilogue.  L’histoire se déroule dans le sud de Brooklyn au début des années 90.  Ça commence avec l’ex-flic en disgrâce Donnie Parascando qui travaille pour Big Tommy. Avec un nom pareil vous vous doutez que le bonhomme n’est pas des plus recommandables. En plus il est en colère parce ce bon vieux Donnie a poussé un débiteur d’un pont alors que tout ce qu’il était censé faire était de lui  casser une rotule ou deux. Le gars est mort. Big Tommy n’aime pas les hommes morts. Ce n’est pas super niveau retour sur investissement un cadavre.

A partir de là, tout s’enchaîne et de nombreux personnages entrent en scène.

William Boyle offre ici un excellent mélange de noir, de thriller, de fiction littéraire axée, justement, sur les personnages. Il retranscrit avec talent leur vie marquée par la violence, le divorce, le suicide, l’ennui, l’abus de drogue et d’alcool. On a vite l’impression de faire partie de leur quotidien jusqu’à comprendre leurs émotions et leurs décisions. Ce temps passé avec eux entraîne forcément une sorte d’empathie. Les dialogues sont parfaits, les lieux authentiques et les intrigues et arc narratif se développent tranquillement et, justement, la structure de l’intrigue n’est pas sans rappeler la construction du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino : Chaque personnage n’a pas grand-chose en commun avec les autres, hormis Brooklyn et leur vie apparemment sans issue, mais toutes ces vies vont s’entremêler en quelques jours.

Bref un beau et bon de roman noir américain dans lignée d’un bouquin de  John Fante, de Myster River de Lehane ou plus récemment au Corruption de Down Winslow.

 Je recommande.« 

– Sylvain (Best of bad)

Retrouvez Sylvain sur Instagram : Best of bad

A vif – René Manzor

Crédit photo : Best of bad

« Après de nombreuses discussions avec moi-même et quelques engueulades aussi car je n’étais pas toujours d’accord, je te propose A vif de René Manzor. Une réussite complète, même si on sait que René nous manipule, on se laisse embarquer dans ce thriller porté par son écriture efficace et limpide. »

– Thomas (Tomabooks)

Vincent Villa – Je suis Lilly

Crédit photo : Tomabooks

Je suis Lilly est le genre de thriller que l’on dévore la rage au ventre, les dents serrées et le poing prêt à partir. C’est aussi le type de roman qui échappe au contrôle de son créateur, qui se transforme en message fort, utile à la société et qui devrait être lu par tous. #Je suis Lilly, c’est aussi bien plus qu’un simple thriller, qu’un simple coup de cœur, c’est un cri, un pavé dans la mare.

Victoria (Mavic lit)

  • Retrouvez Victoria sur son compte Instagram : Mavic_lit

David Coulon – Biotope

Biotope est mon coup de foudre de l’année sans aucun doute ! J’ai découvert cet auteur grâce à toi d’ailleurs et chaque nouvelle lecture est un pur bonheur pour la lectrice que je suis. Avec Biotope, il a fait très fort et il m’a marqué au fer rouge. Un roman qui nous plonge dans ce qu’il y a de plus sombre chez l’humain. Et moi j’adore ! C’est un des deux que je conseillerais les yeux fermés. Ce qui vous séduira en premier seront les mots de l’auteur. Ils sont noirs. Ils sont puissants. Ils sont percutants. Rien n’est laissé au hasard et Biotope vous marquera par les sensations qu’il procure mais surtout par l’ambivalence des émotions qui vous traversera. Ce roman vous habitera littéralement durant près de 400 pages.

Johana Gustawsson – Sang

Oui j’ai bien dit deux… Parce que je ne pouvais pas ne pa parler de Johana Gustawsson et son roman Sang. Il est puissant et la fin m’a retournée. C’est assez rare qu’un thriller m’impacte autant mais alors celui-ci ! Une pépite ! Et pour la petite histoire il faut savoir que je l’avais abandonné en 2019 parce que ce n’était pas le moment, tout simplement. Et je l’ai repris en début d’année, et je l’ai complètement dévoré. Comme quoi, parfois c’est juste une histoire de timing pour pouvoir pleinement apprécier un livre. Le dénouement a un petit quelque chose de déchirant et d’émouvant en même temps, et il clôt une intrigue menée de main de maître. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s