Non classé

Je les attends… Juin 2021 !

Ô rage, ô sacrilège, ô désespoir ! Pas un seul polar nordique prévu en juin ! J’ai quand même repéré quelques titres qui me tentent dans cette très longue liste de parutions.

Comme d’habitude, cette liste est non exhaustive et reflète uniquement mes goûts et choix personnels.

Comme chaque mois, je vous ai également fait une petite liste des ouvrages que j’ai appréciés en grand format et qui sont aujourd’hui publiés en format poche.

Et vous, quels sont les polars et thrillers que vous attendez avec impatience ?

Les parutions en grand format

  • R.J. Ellory – Le carnaval des ombres (Sonatine)
(Parution le 3 juin)

 » Pourquoi avez-vous si peur, agent Travis ? « 

1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages.
Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Avec cette magnifique évocation de l’Amérique rurale de la fin des années 1950, R. J. Ellory nous offre, une fois de plus, un roman qui touche en plein coeur.

  • Marie Kubica – L’autre femme (
(Parution le 2 juin)

Sadie et Will Foust viennent à peine de quitter Chicago avec leurs deux enfants pour une petite île perdue au large du Maine battue par les tempêtes, que leur voisine Morgan Baines est retrouvée morte chez elle. Le meurtre secoue la petite communauté insulaire, et surtout Sadie, bouleversée par le drame.
Tandis que les soupçons de l’agent Berg, le flic local, s’orientent vers Sadie et sa famille, fraîchement débarquée sur l’île, Sadie s’enfonce petit à petit dans une quête obsessionnelle, hantée par le besoin de découvrir ce qui est vraiment arrivé à Morgan. Mais plus elle découvre d’indices, plus elle comprend qu’elle risque de tout perdre si la vérité fait un jour surface…

Sophie Loubière – De cendres et de larmes

(Parution le 3 juin)

Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourd, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur.

  • Gilly Macmillan – Pour tout te dire (Les escales)
(Parution le 10 juin)

Pour tout te dire… tout le monde ment.
L’un des dix meilleurs thrillers de l’année selon le New York Times.

Le talent d’écrivaine de Lucy Harper lui a tout donné : la gloire, la fortune et des fans par millions. Il lui a aussi donné Dan, son mari jaloux dont la carrière d’écrivain est au point mort.
Un jour, Dan disparaît ; ce n’est pas la première fois qu’une personne disparaît dans la vie de Lucy. Trois décennies plus tôt, son petit frère Teddy s’est lui aussi volatilisé et n’a jamais été retrouvé. Lucy, seul témoin, n’a jamais dit la vérité sur cette soirée, au grand désarroi de ses parents. C’est à ce moment-là qu’elle a développé son talent de conteuse.
Mais aujourd’hui Lucy est une femme adulte qui ne peut plus se cacher derrière la fiction. Le monde entier la regarde, et sa vie est passée au peigne fin. Une vie faite d’histoires, certaines plus plausibles que d’autres. Aurait-elle pu blesser Teddy ? A-t-elle tué Dan ?
Lucy Harper devra enfin dire la vérité. Croix de bois, croix de fer, si elle ment, elle va en enfer.

  • Angela Marsons – Nos monstres (Belfond)
(Parution le 3 juin)

Brutal, addictif et extrêmement brillant, un thriller psychologique d’envergure qui fouille les recoins les plus sombres de l’âme humaine, à la recherche de ces monstres qui nous habitent.

Un homme est retrouvé mort à la sortie d’un pub des Midlands, son corps lacéré de coups de couteau. Un ex-taulard, condamné pour viol. Chargée de l’affaire, l’inspectrice Kim Stone débusque rapidement la coupable : Ruth, une ancienne victime. Simple vengeance ? Sauf que quelque chose ne colle pas.
Pour comprendre les raisons de ce passage à l’acte, la policière se tourne vers Alex Thorne, une psychiatre reconnue qui suivait Ruth depuis des mois.
Dès lors, leurs chemins n’en finissent plus de se croiser. D’autres meurtres vengeurs, sauvages, d’autres assassins aux profils inattendus, avec un lien en commun : Alex Thorne.
Que se passe-t-il dans le cabinet du Dr Thorne ? Quelle thérapie propose-t-elle à ses patients ? Et pourquoi Kim se sent-elle menacée par cette psychiatre qui semble si bien la connaître ?

  • Laurent Philipparie – Rei killer (Plon)
(Parution le 3 juin)

Et si le remède était pire que le mal ?

Jenny, prodigieuse acrobate, intègre la troupe d’un célèbre cabaret périgourdin, le Satyre Rieur. Elle vient de s’installer dans la région pour être aux côtés de Didier, gendarme à la Brigade de recherche de Sarlat. Ce dernier enquête sur la disparition de plusieurs touristes allemandes. Un prédateur assoiffé de sang roderait dans les bois…
Avec leur fille âgée de cinq ans, le couple aurait tout pour être heureux si la petite Luna n’avait pas développé une grave tumeur cérébrale contre laquelle la médecine conventionnelle ne peut rien. Les jours de l’enfant sont comptés.
Tandis que Didier noie son chagrin dans l’enquête, Jenny cherche un espoir. Virginie, la charismatique patronne du Satyre Rieur, pratique le reiki, une technique de guérison ancestrale basée sur les flux d’énergie. Elle prétend pouvoir sauver Luna…
Et si le remède était pire que le mal ? Jenny et Didier découvriront qu’il n’y a pas de miracle sans contrepartie…
Plongée fascinante dans l’univers envoûtant du cabaret, Reikiller nous entraîne dans une incroyable course contre la montre et, par la force de son intrigue, explore les recoins les plus sombres de la spiritualité contemporaine.

  • Kelsey Rae Dimberg  – Disparaître ici (Cherche midi)
(Parution le 10 juin)

Avec ce premier roman exceptionnel, Kelsey Rae Dimberg nous tend un véritable piège, propre à nous rendre aussi paranoïaque que son héroïne !

Petite-fille de Jim Martin, le tout-puissant sénateur de l’Arizona, Amabel, cinq ans, a l’impression d’être suivie par une mystérieuse femme rousse. Sa baby-sitter, Finn, a du mal à la croire jusqu’au moment où elle aussi remarque cette étrange présence. Qui est cette femme ? En veut-elle à Amabel ou bien plutôt à Finn, dont le passé est plus obscur qu’elle ne le prétend ? Ou bien est-ce la famille du sénateur qui est visée, en particulier son fils, Philippe, dont l’existence a été marquée par un mystérieux drame ?
Telles sont quelques-unes des questions que l’on se pose à peine passée la dixième page du livre. Et ce n’est que le début de cette véritable leçon de suspens au centre de laquelle se tient Finn, jeune femme attirée par un monde de lumière, qui va peu à peu se perdre dans ses zones d’ombre.
Douée d’une habileté confondante à manipuler le lecteur, Kelsey Rae Dimberg nous tient en haleine du début à la fin de ce récit palpitant dans lequel elle dissèque d’une main de maître le monde du pouvoir, sa corruption et sa volonté de garder à tout prix ses secrets à une époque où tout doit pourtant être public.

Les parutions en format poche

  • R.J. Ellory – Le jour où Kennedy n’est pas mort
(Parution le 02 juin)

C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…
Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch Newman apprend le suicide de son ex-fiancée, Jean Boyd, dans des circonstances inexpliquées. Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Découvrant que Jean enquêtait sur la famille Kennedy, il s’aventure peu à peu dans un monde aussi dangereux que complexe : le cœur sombre de la politique américaine.

  • Elsa Marpeau – Son autre mort (Rivages)
(Parution le 17 juin)

Alex mène une vie normale jusqu’à l’arrivée de l’écrivain Charles Berrier dans le gîte rural qu’elle tient avec son mari. Une nuit, l’homme essaie de la violer. En cherchant à se défendre, elle le tue. Paniquée, craignant que les conséquences de son acte ne détruisent sa famille, Alex dissimule le corps. Avant que la disparition de Berrier ne soit connue, et pour éloigner d’elle les soupçons, Alex décide de s’infiltrer dans son entourage pour trouver qui, parmi les proches de l’écrivain, aurait pu l’assassiner…

  • J.P Smith – Noyade (Folio policier)
Parution le 3 juin

Joey, huit ans, passe l’été dans un camp de vacances. Le moniteur de natation, Alex Mason, s’est juré qu’à la fin du séjour tous les garçons sauraient nager. Or Joey a peur de l’eau. La veille du départ, Alex l’abandonne sur un radeau au milieu du lac, le forçant à rentrer seul à la nage. Ce soir-là, Joey ne se présente pas au réfectoire. Les recherches s’organisent, mais on ne le retrouvera jamais… Vingt ans après, Alex est devenu un redoutable promoteur immobilier à New York. Tout lui réussit, jusqu’au jour où ça dérape. Du sang dans la piscine, des photos compromettantes, un ascenseur bloqué… Son quotidien se transforme en cauchemar. Joey serait-il de retour ?

Je les ai aimés, ils sortent maintenant en poche

  • Sophie Loubière – Cinq cartes brûlées (Pocket)
(Parution le 03 juin)

La trajectoire d’une femme malmenée par la vie qui reprend le contrôle de sa destinée, quel qu’en soit le prix.

Dans une partie de blackjack, tout commence par cinq cartes  » brûlées  » – défaussées, cachées. Croupière au petit casino de Chaudes-Aigues, Laurence le sait mieux que personne. La vie est faite de ces cartes bonnes ou mauvaises qu’on reçoit à la naissance. Une enfance passée sous la coupe d’un frère qui la harcèle et l’humilie, une mère à côté de la plaque, la nourriture comme refuge… Pendant des années, Laurence joue cette partie contre elle-même, entre ombre et lumière, espoir et désespoir. Mais un joueur régulier, le très secret docteur Bashert, pourrait bien changer la donne et faire d’elle la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être. Doubler sa mise  » face cachée « . À ses risques et périls.

  • Gilly MacMillan – La nanny (Pocket)
(parution le 3 juin)

Quatrième de couverture

Trahir l’amour d’un enfant comporte de grands risques…

À la mort de son mari, Jo n’a d’autre choix que revenir s’installer avec sa fille Ruby à Lake Hall, l’austère manoir familial où vit toujours sa mère, aristocrate arrogante et froide. À peine arrivée, Jo reçoit une visite des plus étranges : celle de Hannah, la nanny qui s’occupait d’elle enfant, et dont le départ aussi subit qu’inexpliqué l’avait dévastée. Folle de joie, Jo n’hésite pas à lui proposer immédiatement de reprendre sa place parmi elles, et à lui confier sa propre fille. Mais très vite, plusieurs détails sonnent faux. Que s’est-il vraiment passé trente ans plutôt ? Et cela a-t-il un rapport avec le crâne humain tout juste retrouvé dans le lac du domaine ?

Ce que j’en pense

« J’ai tout aimé dans ce bouquin ! L’atmosphère, l’intrigue, les personnages, tout, tout, tout !

Véritable plongée dans le monde d’une vieille bourgeoisie anglaise un peu dépassée, l’auteure n’a pourtant pas oublié d’insuffler des thèmes très actuels afin de creuser encore plus le fossé entre l’ancienne et la nouvelle génération de cette vieille famille bourgeoise tiraillée entre ses privilèges et son besoin de modernité pour continuer. »

La chronique complète : cliquez ici

  • Patrick Senécal – L’autre reflet (Alire)
(Parution le 17 juin)

Le succès est une drogue dure…

Il s’appelle Michaël Walec et il rêve de publier un roman noir – un bon, un vrai ! Alors depuis
trois ans, le soir, après avoir donné ses cours de français aux détenues d’une prison pour femmes, il bûche sur son manuscrit et quand il visite les salons du livre, il se dit qu’un jour, lui aussi fera partie de la grande famille des écrivains. Mais depuis quelque temps, alors qu’il s’acharne à réécrire les scènes pivots de l’intrigue, forcé d’admettre que, malgré son indéniable talent littéraire, il n’arrive pas à insuffler à son manuscrit ce « petit quelque chose » qui en ferait un bon, un vrai, un excellent roman noir.

Or, ce petit quelque chose, Michaël le découvre un jour dans une nouvelle  » très mal écrite « 
d’une de ses étudiantes, Wanda Moreau, qui y relate l’assassinat pour lequel elle a été condamnée. Une étrange relation s’installe aussitôt entre la meurtrière avide des conseils littéraires de son professeur et l’apprenti écrivain fasciné par cette femme, qui a connu la vraie noirceur. Pourtant, quand Michaël réussit à insuffler l’élan qui manquait à son roman grâce à Wanda, il ne lui en dit rien. Car, après tout, elle n’est pour lui qu’une source d’inspiration.

Ce que j’en pense

« L’autre reflet est absolument machiavélique, d’une noirceur extrême qui nous amène à nous poser de nombreuses questions sur l’être humain et jusqu’où nous sommes prêts à aller pour la gloire ou l’argent. »

La chronique complète : cliquez ici

  • Lilja Sigurdardottir – Trahison (Points)

Couverture introuvable sur le web

Quatrième de couverture

Entre réseaux sociaux haineux et menaces physiques, c’est dur de faire de la politique quand on est une femme. Un Borgen cruel.

Un personnage attachant, des méchants insoupçonnables, un rythme rapide, une histoire haletante.

Après avoir fait ses armes dans la trilogie de Reykjavik, Lilja Sigurdardóttir abandonne ses précédents personnages et prend un nouveau départ couronné par le prix Icelandic Crime Fiction 2019.  Elle devient la reine du suspense nordique.

Après plusieurs missions humanitaires éprouvantes, Úrsúla accepte de remplacer au pied levé le ministre de l’Intérieur en attendant les prochaines élections. Elle découvre très vite que son administration n’est là que pour bloquer toutes ses initiatives. Aussitôt après sa première intervention publique, elle devient la proie d’un cyber-harcèlement menaçant et doit engager un garde du corps. Elle est également poursuivie par un sdf agressif, qui sort d’un hôpital carcéral.

Catapultée dans ce nouveau monde, cible systématique d’attaques sur les réseaux sociaux, elle découvre aussi l’attitude faussement compatissante mais réellement méprisante de ses confrères politiques. Elle tente cependant de faire son travail tout en affrontant le stress post-traumatique résultant de ses missions humanitaires ainsi que sa culpabilité vis-à-vis de son mari et de ses enfants.

Elle est, certes, entourée de gens en lesquels elle a confiance, mais la trahison ne vient-elle pas toujours des plus proches ?

Ce que j’en pense

« Trahison est un roman qui se situe à mi-chemin entre le thriller, le roman politique et le roman noir. Il n’est pas complexe à lire dans le sens où même si vous ne connaissez rien à la société islandaise, l’auteure s’est adaptée pour écrire un récit accessible à un public international.

Sans doute mon préféré de l’auteure. Je recommande ! »

Ivan Zinberg – Miroir obscur (La mécanique générale) (Parution le 3 juin)

DES SCOOPS.
DU BUZZ.
DES MEURTRES.

Dans le Los Angeles des beaux quartiers, le corps sans vie d’un gynécologue est retrouvé criblé de balles, le chiffre 1 gravé sur le front. Premier meurtre d’une longue série. Quand le tueur s’en prend aussi à des célébrités, les médias avides de buzz se déchaînent.
Michael Singer, paparazzi en vue, se voit impliqué malgré lui dans l’affaire – suspecté, même. Sa carte de visite, telle une signature, est découverte près des cadavres.
Quel but poursuit le serial killer ? Et surtout pourquoi cherche-t-il à le mettre en cause ?
Déterminé à élucider l’énigme, le reporter, épaulé par une ancienne policière, se lance aux trousses de l’assassin.
Entre voyeurisme, chasse aux scoops et faux-semblants, une lutte mortelle s’engage sous le soleil californien.
Jusqu’à l’impitoyable vérité.

Pas de chronique pour celui-ci, je l’ai lu alors que j’étais en voyage et je n’en avais pas fait de chronique à mon retour. Je me souviens l’avoir assez aimé pour vous le proposer aujourd’hui.

3 réflexions au sujet de “Je les attends… Juin 2021 !”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s