Bilans livresques, Coup de coeur, Edition Le livre de poche, Editions J'ai lu, Editions Le livre de poche, Editions Pocket, Editions Points, Editions Rivages Noir, La p'tite chronique du grenier, Polar américain, roman noir

Bilan lecture – août 2020

A défaut de pouvoir voyager cette année, je m’évade à travers mes lectures !

Je suis restée coincée dans le polar français depuis 8 ans et je lisais assez rarement des ouvrages étrangers, à part les nordiques. Ce temps-là est révolu, vous allez en bouffer du polars américain ici  ah ah ah, et ce jusqu’à ce que je puisse enfin y retourner un jour quand ce grand bordel lié au COVID se sera enfin tassé (tant qu’y a de la vie,  y a de l’espoir, comme dit ma mère ! ).

Contrairement à d’habitude, depuis que je tiens mon blog, j’ai lu beaucoup d’ouvrages publiés il y a plusieurs années et pas sortis récemment. Force est de constater que ça attire vachement moins les lecteurs que les nouvelles parutions… Je trouve ça dommage, d’autant plus quand on entend que « gna gna gna les blogueurs ne lisent que des nouveautés« , ou quand on te tombe dessus parce que tu as le malheur de dire que tu commences un bouquin la veille de sa parution (c’est du vécu) mais moi je me suis fait plaisir, j’ai lu tout ce que j’avais envie quelle que soit la date de parution, et c’est bien là le principal !

Ce mois-ci, j’ai lu des ouvrages parfois considérés comme des classiques de la littérature noire américaine : Ellroy, Lehane, des noms connus par la plupart des lecteurs de polars et j’ai presque un peu honte de dire que ce n’était pas mon cas. J’avais déjà bien entendu parler de James Ellroy mais mis à part Le Dahlia noir, j’étais bien incapable de vous citer ne serait-ce qu’un seul autre titre de lui.

Je vais retenir deux auteurs particulièrement, qui ont tout balayé sur leur passage durant ce mois d’août : Ellory et Lehane. Oui je sais, Ellory n’est pas américain mais British. Peu m’importe d’où il vient à vrai dire, du moment que l’ouvrage se déroule aux Etats-Unis, moi ça me va. L’écriture d’Ellory est absolument incroyable, et j’ai déjà passé commande de plusieurs autres de ses ouvrages pour les semaines et mois à venir et je pense m’enfiler incessamment sous peu tout le reste de la bibliographie.

Lehane est sans doute LA découverte 2020 pour moi. Je n’avais jamais entendu le nom de cet auteur (pardon !!!) mais quelle découverte, quelle incroyable noirceur, quel incroyable auteur ! Pour lui c’est pareil, d’autres lectures vont suivre très prochainement, je suis en train de lister avec des lecteurs qui me connaissent bien et connaissent mes goûts, ceux que je peux aimer de lui et ceux qui risquent de ne pas me convenir.

Je vous ai également parlé de deux ouvrages lus dans les années passées et que j’avais envie de mettre à nouveau en avant car ils m’avaient transporté dans ce pays qui me fait rêver et me manque tellement ces derniers mois : Black coffee et Atmore Alabama.

Enfin, j’ai publié également le gros article de Ma rentrée polar 2020, avec les nouveautés que j’ai bien envie de lire dans les mois à venir.

J’ai lu 7 ouvrages durant ce mois d’août, bilan lecture plus faible que le mois dernier mais j’ai travaillé tout au long du mois donc j’ai forcément moins de temps pour lire. Place au bilan avec un rappel de mes différentes chroniques, et en fin d’article je vous parlerai un peu de septembre !


Retour sur mes chroniques…

« Crains le pire est un roman assez commun, dans le sens où l’intrigue est classique, je ne lirai dix ouvrages dans le genre par mois mais parfois ça fait du bien. Je n’ai pas grand-chose à vous raconter dessus… C’est un roman parfait pour déconnecter de la réalité, un roman « facile à lire », n’y voyez pas une critique là où il n’y en a pas, mais moi j’ai parfois besoin de ce genre de lecture sans prise de tête, sans litres de sang et dizaines de macchabées, un peu à la manière du téléfilm à suspense du dimanche aprem qu’on regarde un peu honteusement les jours de pluie ou de grand froid.« 

« On va la faire rapide, j’ai abandonné à la moitié du bouquin pour cause de « je n’arrive pas à rentrer dedans et je m’y ennuie ferme« . Si la quatrième de couv’ était prometteuse, je m’imaginais déjà embarquée sur les routes de l’Ouest US avec une ambiance noire, pesante et glauque qui m’aurait collée à la peau, je n’ai absolument pas réussi à trouver un intérêt à ma lecture.« 

« Il y a quelque chose de terriblement accrocheur dans son écriture, une noirceur profonde qu’il tente ni de cacher ou d’atténuer. Et pourtant pas de chichis, pas de superflus, pas d’effets de style grandiloquent, juste la réalité telle qu’elle est.

Le travail d’Ellroy sur la psychologie du serial killer est extraordinaire, et si tu veux du vrai bon roman noir autour du thème des serial killers, jette ton Bourgoin et fonce sur Ellroy ! (oops !)

Pas un coup de cœur comme Lehane, mais l’envie de continuer un peu avec lui malgré tout. « 

« Un thriller oui, mais beaucoup plus que ça ! Quelle puissance dans les mots, dans les émotions ! Quelle leçon de vie, quel désespoir et en même temps quel formidable espoir émanent d’un roman pareil !

Un incroyable road-trip sanglant à travers l’Amérique profonde, ce livre est un sans-faute ! »

« Un roman noir, teinté de polar. Un roman qui marque, qui abîme, qui transperce.

L’auteur ne néglige ni la partie polar avec la recherche de l’assassin, ni l’aspect sociétal du roman noir, donnant une consonance très littéraire au texte, et le sentiment de quelque chose de très abouti. Si vous êtes un chouia déprimé en ce moment, je pense que cette lecture n’arrangera pas forcément votre état. C’est la vérité que vous vous prenez en pleine poire, la vérité sur la société, la famille, les traumatismes du passé, la condition humaine. »

« Oubliez l’image de ville branchée que vous avez de la Grosse Pomme, oubliez les paroles de Sinatra qui vous transportent mentalement dans un bar cosy de l’East River accompagné d’un bon verre de whisky, à écouter du jazz en regardant le soleil tomber sur Manhattan, c’est une véritable descente aux enfers qui vous attend ici. »

« Jax Miller nous offre ici un roman poisseux, à l’ambiance dégueulasse, où le désespoir, la fatalité, et la violence vous colleront à la peau comme une vilaine bruine d’automne de la première à la dernière page du roman, et même un peu après d’ailleurs. »


Et en septembre ?

J’arrête les lectures exclusivement américaines pour me concentrer sur les quelques ouvrages de la rentrée polar déjà parus, ou à paraître durant ce premier mois d’automne. Je n’ai pas encore fait de liste de ce que je vais lire, ça sera au feeling et selon l’envie du moment. Je peux déjà vous dire qu’il y aura Ragnar Jonasson et Jacques Saussey, pour le reste… Wait and see !

Je prends mes congés estivaux en septembre, pour la première fois depuis 7 ans je ne partirai pas en voyage en septembre pour cause de COVID/Cheville qui ne guérit pas et je dois vous avouer que j’ai franchement un cafard de tous les diables à cause de ça, donc je pense me noyer dans les lectures pour oublier !

Enfin, il sera temps de passer à un look plus automnal pour les photos, j’ai beaucoup d’idées en tête d’autant plus que c’est ma saison préférée !

Bonne rentrée à tous, et bon congés à ceux qui, comme moi, les prennent un peu après tout le monde !

5 réflexions au sujet de “Bilan lecture – août 2020”

  1. Bonnes vacances à toi aussi ❤. Pas de voyage pour nous non plus parce que 2020 s’acharne un peu trop aussi, alors je pense que je vais faire une boulimie livresque 😅.

    J'aime

  2. Bonnes vacances à toi, prends soin de toi et de ta cheville.
    C’est un beau bilan, bravo à toi. Ce sont des lectures qui donnent envie. Je suis bien d’accord avec toi, c’est dommage que les romans en dehors des nouveautés attirent moins. On a le droit de donner envie de lire des sorties plus anciennes, il faut bien susciter l’intérêt pour tous les livres.
    Je te souhaite un bon mois de septembre 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton message ! Fin de semaine ça sera enfin les congés pour moi, je les attends avec impatience !
      Je trouve ça bien de lire des anciens romans, ça permet aussi de voir l’évolution du polar au fil des décennies…
      Bisous 😊

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s