Anglais, Coup de coeur, Editions Le livre de poche, Polar américain

Mauvaise étoile – R.J. Ellory

Il y a quelques semaines, je lançais un SOS sur Instagram car je voulais être conseillée sur des lectures de romans qui se déroulent aux Etats-Unis histoire de me faire un peu voyager par procuration. Les retours ont été nombreux, et j’ai dressé une liste de 7 romans à lire durant ce mois d’août. Il n’y aura donc pas de lecture de nouveautés, pas de lectures françaises, mais uniquement des thrillers, polars ou romans noirs qui se déroulent outre-Atlantique.

Le premier ouvrage choisi a été écrit certes par un auteur anglais, mais l’intrigue se déroule bel et bien au pays de l’Oncle Sam. Je n’ai lu jusqu’alors que Seul le silence de cet auteur, j’avais beaucoup aimé ce livre, et je ne sais pas vraiment pourquoi je n’ai pas continué à découvrir sa bibliographie. Erreur réparée, et mon petit doigt me dit que les autres suivront prochainement…

Je vous parle aujourd’hui de Mauvaise étoile, de R.J. Ellory, publié aux éditions Le livre de poche.L’histoire (4ème de couverture)

Texas, 1964. Après l’assassinat de leur mère, Elliott et Clarence passent de maisons de correction en établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan les prend en otages, les deux adolescents se trouvent embarqués dans un périple meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur sur leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. On retrouve dans Mauvaise étoile tout l’art de l’auteur de Seul le silence : une écriture à la fois poétique et réaliste, des personnages d’une humanité complexe et déchirante aux prises avec leur face sombre, une intrigue qui tient le lecteur captif jusqu’à la dernière page.

« On cherche tous un bon destin
La vie s’écoule entre nos mains
La joie la peine notre chemin
Traverser la vie sans billet de train
Sur la route. » (Raphaël – Sur la route)

Dix ans après tout le monde, v’la que je découvre (enfin) le talent de cet auteur !

R.J. Ellory nous plonge ici en plein cœur de l’Amérique profonde des années 60, parfait, c’est tout à fait le genre d’ambiance que je cherche en ce moment ! Nous rencontrons deux frères, adolescents, que la vie ne semble pas avoir épargnés. Ils vivent une vie assez triste et misérable dans un orphelinat, mais ils rêvent ensemble de leur vie d’adulte, et ils ont la ferme intention de tenter leur chance un jour, pour atteindre cet Eldorado qui les fait tant rêver depuis qu’ils sont tombé sur la publicité d’un promoteur immobilier vantant ce village plutôt cossu du Texas. Et puis, c’est le drame, ils seront kidnappés par un prisonnier ultra violent, promis à une mort certaine car condamné à la peine capitale. Dans cette fuite, il sèmera les cadavres et rien ne semble alors pouvoir l’arrêter : que vous vous dressiez contre lui ou que vous soyez là simplement par hasard, vous passerez de vie à trépas dans une giclée de sang en moins de temps qu’il ne faut pour vous en rendre compte. L’auteur ne nous cache pas grand-chose des meurtres et des sévices qui les précèdent, et pourtant il ne s’acharne pas à faire durer ces passages trop longtemps : on assiste à la rencontre du meurtrier avec ses victimes, on observe cette mécanique de la violence qui prend forme, qui contamine aussi, on assiste aux meurtres, et voilà qu’il est déjà temps de reprendre la route pour un long moment. Clairement, je ne m’attendais pas à un roman si violent mais ce n’est pas pour me déplaire, et c’est parfaitement dosé, juste assez pour nous éprouver, pas assez pour tomber dans le voyeurisme.

Histoire de panser un peu le cœur du lecteur heurté par la violence des crimes, l’auteur humanise ses victimes en nous les présentant sur le plan personnel, elles ne sont pas que des simples numéros ou des simples morceaux de viande dans le récit. Ce procédé crée quelque chose de très fort en nous, car en les rendant « réels » et sympathiques, l’attachement à eux est quasi immédiat, renforçant un peu plus encore la haine que l’on peut éprouver vis-à-vis du meurtrier. Vous savez que l’inéluctable va se produire et vous comprendrez vite qu’à partir du moment où il nous présentera un nouveau personnage, ce ne sera qu’une question de pages avant de le voir massacré. Et une fois la dernière page tournée, vous vous rappellerez de tous ces personnages qui ont en quelque sorte, eux aussi, une mauvaise étoile qui plane au-dessus de leur tête et qui les a fait croiser la route de ces trois hommes.

Le traitement que fait l’auteur autour du thème de la violence est intéressant dans le sens où il nous en montre les principaux mécanismes, et vous comprendrez qu’il ne faut parfois qu’une étincelle pour les déclencher et pour basculer dans le Mal. La violence ici est gratuite, elle contamine les plus faibles, elle anéantit les victimes, les familles, elle sert à s’imposer dans ces vies cabossées, à exister aussi aux yeux de tous, même si ce n’est pas de la manière la plus louable qu’il soit.

L’auteur ponctue son récit de réflexions profondes, qui sont tantôt de véritables rayons de soleil dans ce récit d’une noirceur absolument terrifiante, tantôt désespérantes de justesse et de résignation. Ces éléments rendent le récit profondément humain et humaniste.

Le mot de la fin

Une excellente entrée en matière pour ce mois américain !

Un thriller oui, mais beaucoup plus que ça ! Quelle puissance dans les mots, dans les émotions ! Quelle leçon de vie, quel désespoir et en même temps quel formidable espoir émanent d’un roman pareil !

Un incroyable road-trip sanglant à travers l’Amérique profonde, ce livre est un sans-faute !

1 réflexion au sujet de “Mauvaise étoile – R.J. Ellory”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s