Bilans livresques, Coup de coeur, Editions Acte Sud, Editions Belfond, Editions Hugo Thriller, Editions La bête noire, Editions La Martinière, Editions Les Escales, Editions Métailié Noir, Editions Pocket, Prix Nouvelles Voix du Polar 2020

Bilan lecture – Juillet 2020 !

Juillet, mois de boulimie littéraire. Avec 11 ouvrages lus, on ne peut pas appeler ça autrement et j’ai lu plus de livres en 31 jours que les trois derniers mois réunis…

La faute à ma cheville qui me contraint de rester à la maison en évitant le plus possible de marcher, donc clairement je ne peux rien faire, je suis hyper ronchon (euphémisme), je passe mon temps à me plaindre (pire que d’habitude) et je lis pour oublier tout ce que je ne peux plus faire… Je dirais bien que je dégomme ma pile à lire, mais ce n’est même pas le cas, car du coup je me suis vengée sur les commandes de bouquins, ah ah =) C’était le moment « journal intime d’une nana pire que confinée », on retourne maintenant à la lecture !

On va, comme d’habitude, faire un petit retour sur chacune de mes chroniques. Je vous parlerai en fin d’article sur les événements à venir au mois d’août…

Et sans plus attendre, le bilan !


« Bleu Calyspo est un ouvrage que je qualifierais de « Doudoupolar ». C’est comme un Doudouchien, ça réconforte, ça apaise, ça panse la violence des blessures et ça redonne foi en l’humain.

Un roman rempli d’humanité, un roman qui change, et un petit quelque chose qui a touché mes émotions de lectrice.Un ouvrage qui pourrait aussi bien convenir à des lecteurs de polars qu’à des amateurs de littérature générale qui auraient envie d’un petit frisson. »

« C’est un coup de cœur, et il est en format poche donc idéal pour les vacances ! »

« Il y a quelque chose de très américain dans les intrigues et l’écriture de l’auteur. Quelque chose d’assez cinématographique aussi, ça tient sans doute du fait que l’auteur décrit l’environnement des personnages de manière assez poussée. Les émotions, l’ambiance, l’angoisse sont palpables, ajoutant un cran supplémentaire à l’urgence de vouloir le finir vite. ça se lit tout seul, d’une traite, et je le recommande, d’autant plus qu’il est paru en format poche donc à un prix tout doux et facile à embarquer dans le sac des vacances ! »

« L’épidémie est un roman du froid, et pourtant ici on est loin du classique thriller nordique qui prend son temps et qui met au centre de l’intrigue la nature et les éléments qui font que j’aime tant ce type de romans habituellement. Le rythme de l’intrigue diffère des thrillers nordiques dans le sens où il se passe sans cesse quelque chose ici, et que les moments plus calmes au niveau de l’intrigue le sont afin de nous plonger dans ce futur que nous n’aimerions pas voir arriver.Une surprenante découverte ! »

« Une lecture impossible ! Si la quatrième de couverture était alléchante pour moi et s’annonçait bien barbare que j’aime en plus du fait qu’elle se situait aux Etats-unis dans un moment où j’ai de grosses envies de thrillers qui se déroulent dans l’Amérique profonde, le gros problème du roman n’a pas été le fond, mais la forme, à laquelle je n’ai absolument pas adhéré et pire, qui a gâché toute ma lecture ! »

« Un bon roman, à mi-chemin entre le roman noir et le thriller, quelques longueurs auraient pu parfois être évitées mais elles n’ont pas entaché ma lecture et ne m’ont pas donné envie de l’arrêter malgré tout.J’avais peur d’un thriller trop orienté public féminin, on ne va pas se mentir, il l’est, mais on est loin du gentil thriller pour femmes en manque de frisson, il y a quelque chose de plus dérangeant ici… Un roman facile à lire, parfait pour les vacances ! »

« Je me rends compte que c’est tout le récit qui est cousu de fil blanc… Je n’ai pas été surprise ou étonnée, j’ai juste constaté que mes suppositions étaient les bonnes alors que moi j’aime être bousculée dans mes lectures et mes certitudes, j’aime particulièrement quand l’auteur me balade pour faire ce qu’elle veut de mon esprit de lectrice, j’aime la montée d’adrénaline au moment où tu te prends un rebondissement dans la tête… Je ne suis pas spécialement la plus pointilleuse ni la plus chiante des lectrices, je ne me permets pas de juger le travail de l’auteur, mais tout est trop facile ici et je pense que cet ouvrage pourrait mieux convenir à des personnes qui ne lisent pas, ou peu, de thrillers et qui auraient envie de découvrir le genre. »

« J’ai tout aimé dans ce bouquin ! L’atmosphère, l’intrigue, les personnages, tout, tout, tout !Véritable plongée dans le monde d’une vieille bourgeoisie anglaise un peu dépassée, l’auteure n’a pourtant pas oublié d’insuffler des thèmes très actuels afin de creuser encore plus le fossé entre l’ancienne et la nouvelle génération de cette vieille famille bourgeoise tiraillée entre ses privilèges et son besoin de modernité pour continuer.

Je recommande +++ ! »

« Ce n’est donc pas encore cette fois que le rendez-vous sera manqué entre Mo Malo et moi-même… Mon cher Mo, tu ferais une malheureuse si l’envie te prenait d’arrêter un jour cette série, et j’espère suivre les aventures de mon Qaanaaq le plus longtemps possible (genre jusqu’à ta mort 😀 )

Si vous avez aimé Qaanaaq et Disko, vous aimerez également Nuuk.

Dépaysement et frissons garantis pour un moment de lecture intense. »

« J’ai lu difficilement 150 pages, c’était long, mais long ! Je n’ai jamais réussi à m’attacher aux personnages, je n’ai jamais réussi à m’immerger dans l’intrigue, dans les intrigues d’ailleurs devrais-je dire, je sautais des paragraphes entiers avant de m’avouer vaincue. Plus de 500 pages comme ça, c’était trop pour moi, et j’ai préféré arrêter parce que je subissais ma lecture plus qu’autre chose. »

« Souvent, je lis des commentaires de lecteurs qui me disent ne pas réussir à lire du polar islandais en raison d’un rythme d’intrigue relativement calme. Je peux comprendre, les ouvrages qui dépotent sont souvent ceux qu’on a le plus de mal à lâcher une fois commencés, mais Lilja Sigurdardottir a pris ce qu’il y a de mieux dans le polar nordique, en y ajoutant un ingrédient essentiel qui fait toute la différence pour capter un maximum de lecteurs de littérature noire, elle y ajoute du rythme ! Oui j’ai osé mettre « rythme » et « polar islandais » dans le même paragraphe !Trahison est mon roman préféré de l’auteure »

Prix Nouvelles Voix du Polar 2020 – L’empathie d’Antoine RenandPrix Nouvelles Voix du Polar 2020 – Sur le toit de l’enfer d’Ilaria Tuti


Et en août ?

Mon blog passe à l’heure américaine ! A défaut de pouvoir y retourner en voyage comme prévu cette année (ou l’an prochain) pour cause de pandémie mondiale, je ne lirai que des ouvrages qui se déroulent dans l’Amérique profonde histoire de me faire voyager par procuration (c’est moins cher tu m’diras, même si ça fait pas le même effet !). Je suis obnubilée par les Etats-Unis depuis mes deux voyages là-bas et j’ai envie de m’évader car cette année est assez difficile pour la globe-trotteuse que je suis…

J’ai déjà 5 ouvrages prévus, je verrai au fur et à mesure de l’avancée de mes lectures si j’en ajoute d’autres ou pas car je télétravaille tout le mois.Je publierai également un gros article concernant la rentrée littéraire polar, je ne sais pas encore à quelle date il sera publié mais j’y travaille…

Bon mois d’août à tous, bonnes vacances si vous êtes en congés et surtout prenez soin de vous !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s