Anglais, Editions La bête noire

La seconde épouse – Rebecca Fleet

Toujours dans une boulimie de lecture, j’enchaîne les titres plus rapidement que les chroniques en ce moment…

Je délaisse un peu le polar pur et dur afin d’axer plutôt mes choix sur des thrillers psychologiques. C’est par vague, parfois j’ai envie de certains genres plus que d’autres.

La seconde épouse est le second ouvrage que je lis de Rebecca Fleet, j’avais lu L’échange il y a deux ans, j’en avais rédigé une chronique mi-figue mi-raisin mais les retours sur les réseaux sociaux étaient assez bons sur celui-ci pour me donner envie de le sortir de ma pile à lire.

Sans plus attendre, je vous parle de La seconde épouse, de Rebecca Fleet, publié chez La Bête Noire.

L’histoire (4ème de couverture)

Elle fait partie de la famille. Pour le meilleur et pour le pire.

Quand Alex a rencontré Natalie, celle-ci a changé sa vie. Après la mort tragique de sa première femme, avec qui il a eu une fille, Jade, à présent adolescente, il est déterminé à former de nouveau une famille unie.
Mais son bonheur naissant se brise lorsque sa maison est ravagée par les flammes. Jade soutient qu’elle a vu un homme s’introduire chez eux le soir de l’incendie ; Natalie affirme au contraire qu’il n’y avait personne. Alex doit alors faire un choix impossible : croire sa fille ou croire sa nouvelle femme.
Et si cette dernière ne lui avait pas tout raconté sur son passé ?
Dans la lignée du Secret du mari de Liane Moriarty et du Couple d’à côté de Shari Lapena.

Du positif, et du négatif…

Dans la famille « pas de bol », je demande le père et la fille ! Pas encore assez traumatisés par la disparition tragique de la mère de cette dernière d’une grave maladie, voilà maintenant que leur maison prend feu en pleine nuit ! La seconde épouse et la jeune fille qui étaient à l’intérieur sont particulièrement marquées mais saines et sauves. L’incendie semble criminel, et la version des deux femmes qui se tolèrent mais ne s’apprécient guère diverge, semant ainsi le doute dans l’esprit d’Alex qui va se lancer dans une enquête en parallèle de celle des services de police afin de faire la lumière sur les causes de l’incendie. Et donc en creusant dans un passé, on trouve, forcément ! Je ne vous dévoile rien de l’intrigue en vous disant ça car la quatrième de couverture le mentionne…

Bon, déjà, j’ai été déstabilisée lorsque l’auteure a coupé net en plein moment de suspense pour passer à la deuxième partie du roman, parce que je m’y attendais pas et que ça a mis un coup de frein à mon intérêt. Cette seconde partie nous plonge dans le passé de deux jeunes femmes tout juste adultes qui vivent au début des années 2000 et qui n’ont vraisemblablement rien à voir avec les trois personnages que nous venions de rencontrer. Bon, tu t’en doutes bien toi qui lis des thrillers régulièrement et tu sens un peu les ficelles de l’intrigue se dessiner mais ma foi, il faut continuer pour avancer, en espérant malgré tout une surprise narrative… qui ne viendra pas !

En fait, en écrivant ces lignes, je me rends compte que c’est tout le récit qui est cousu de fil blanc… Je n’ai pas été surprise ou étonnée, j’ai juste constaté que mes suppositions étaient les bonnes alors que moi j’aime être bousculée dans mes lectures et mes certitudes, j’aime particulièrement quand l’auteur me balade pour faire ce qu’elle veut de mon esprit de lectrice, j’aime la montée d’adrénaline au moment où tu te prends un rebondissement dans la tête… Je ne suis pas spécialement la plus pointilleuse ni la plus chiante des lectrices, je ne me permets pas de juger le travail de l’auteur, mais tout est trop facile ici et je pense que cet ouvrage pourrait mieux convenir à des personnes qui ne lisent pas, ou peu, de thrillers et qui auraient envie de découvrir le genre. Rien de nouveau pour les habitués du thriller malheureusement, cet ouvrage ressemble à tant d’autres, d’auteures féminines la plupart du temps, qui écrivent des intrigues assez orientées public féminin je trouve, toutes calibrées de la même manière, dans le même milieu, et avec les mêmes tenants et aboutissants… Ça se lit, je ne dis pas le contraire, mais le tout donne une intrigue qui résonne très téléfilm à suspense du dimanche après-midi (que je regarde un peu honteusement les jours où il fait moche et que je suis frappée par la terrible déprime du dimanche après-midi, eh oh on ne juge pas et on ne se moque pas !!! 🙂 ). N’y voyez là aucun jugement de valeur, j’ai lu l’ouvrage jusqu’au bout en deux jours (ce qui chez moi est déjà le signe que je ne m’ennuie pas dans ma lecture), mais il ne figurera pas dans mes lectures les plus marquantes de l’année.

Le mot de la fin

Une chronique mi-figue mi-raisin comme vous pouvez le constater, il ne vous reste donc qu’à vous faire votre propre avis à son sujet !

En attendant, je pense que La seconde épouse sera mon dernier ouvrage de cette auteure et qu’il vaut mieux que chacune continue sa route de son côté =)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s