Déceptions, Editions Pocket, Prix Nouvelles Voix du Polar 2020

Prix Nouvelles Voix du Polar 2020 – 1793 de Niklas Natt och Dag

1490665.jpg

 

Bon… J’ai essayé, mais alors j’ai essayé vraiment très fort… Et j’ai été vaincue… Et c’est un abandon !

J’ai lu ce roman dans le cadre du Jury Nouvelles Voix du Polar et c’est le deuxième et dernier roman de la catégorie « auteurs étrangers » dont je vais vous parler.

Je n’aime pas les thrillers historiques, je n’aime pas les intrigues qui ne se déroulent pas dans notre époque contemporaine, alors forcément je partais pleine d’à priori avec ce roman mais même quand je suis dans cet état d’esprit, j’arrive à fermer les vannes de mon esprit ronchon pour me plonger malgré tout dans l’intrigue afin de laisser au bouquin la chance qu’il mérite d’avoir.

J’ai lu difficilement 150 pages, c’était long, mais long ! Je n’ai jamais réussi à m’attacher aux personnages, je n’ai jamais réussi à m’immerger dans l’intrigue, dans les intrigues d’ailleurs devrais-je dire, je sautais des paragraphes entiers avant de m’avouer vaincue. Plus de 500 pages comme ça, c’était trop pour moi, et j’ai préféré arrêter parce que je subissais ma lecture plus qu’autre chose.

Je suis déçue de ne pas avoir réussi à dégager l’essence du roman dont me parlaient ceux qui l’ont aimé car les longueurs m’ont personnellement attirée vers le fond, je me suis sentie noyée… L’intrigue, l’écriture, ont glissé sur moi comme de l’eau sur un tissu imperméable et j’ai arrêté ma lecture car je crois que j’aurais mis deux mois à la terminer…

Comme d’habitude quand je n’aime pas un roman, si la quatrième de couverture vous intéresse, lisez-le et faites-vous votre propre opinion, chaque lecteur est différent !


Je vous mets quand même la quatrième de couverture !

Un roman phénomène qui renouvelle le roman historique et le thriller nordique.

1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C’est dans cette atmosphère irrespirable que Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre au jour une sombre et terrible réalité.

Puissant, noir et fiévreux, 1793 évoque les univers de James Ellroy, de Tim Willocks et d’Umberto Eco. En tête des ventes dès sa sortie en Suède, célébré par une critique dithyrambique dans plus de trente pays, c’est un coup de maître. On n’a pas fini d’en entendre parler.

 

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s