Editions Nouveaux Auteurs

Jeu de dames – Nicolas Druart

Il m’attendait sagement depuis bien trop longtemps dans ma PAL, il étant grand temps de le sortir de là !

J’ai découvert Nicolas Druart lors de la parution de son premier roman il y a un an, Nuit blanche, roman qui avait obtenu les faveurs de Mr Franck Thilliez himself ! J’essaie de prendre le temps de suivre des jeunes auteurs auxquels je crois, Nicolas en fait partie et les retours sur les réseaux sociaux étaient franchement encourageants pour ce deuxième opus. Sans faux suspense, je peux vous dire que l’auteur a largement relevé le défi très casse gueule d’écrire un deuxième roman. C’est vrai quoi, la première fois on se dit que c’est peut-être une réussite par coup de chance, mais la seconde fois quand c’est bon, c’est qu’il y a un réel talent derrière !

Je vous parle aujourd’hui de Jeu de dames, de Nicolas Druart, paru chez Nouveaux auteurs.

L’histoire (4ème de couverture)

Toulouse, un meurtre, trois témoins. ​Que seriez-vous prêt à faire pour rester en vie ?

​Toulouse. Une sortie de périphérique.
Un meurtre. Trois témoins.
Le lendemain, un SMS sur leur smartphone :  » je sais ce que vous avez vu « .
Dans une ville traumatisée par un tueur en série surnommé Baba-Yaga, trois individus que tout oppose vont être aspirés dans un stratagème macabre, un jeu de piste qui va les pousser dans leurs retranchements et révéler leur vraie nature.

 

Essai transformé !

Un drame, l’assassinat d’une joggeuse, trois témoins, là au mauvais endroit au mauvais moment, et trois destins qui basculent dans un tourbillon absolument incontrôlable…L’intrigue est construite de manière à aborder un même moment, un même événement, à travers les yeux de trois personnes différentes. A chaque chapitre donc, changement de narrateur. L’auteur corse encore un peu le truc en insérant des chapitres sous forme d’interrogatoire, où l’on suit une policière qui se fait cuisiner par ses supérieurs sur une affaire qui a visiblement foiré. Pas de panique, je sais que ça fait peur dit comme ça, toutes ces intrigues, tous ces personnages, ça peut paraître lourd et redondant, mais franchement ça passe bien et malgré la taille du bouquin (je suis traumatisée dès qu’un bouquin dépasse 400 pages en ce moment) je n’ai pas ressenti de longueurs dans le récit et à aucune moment je n’ai ressenti de lassitude. C’est fait de telle manière que ça te rajoute un soupçon de mystère. Pas de longueur non plus parce que l’auteur sait très bien manier le suspense pour te faire monter la tension à 20, à grand renfort de rebondissements et prends-toi ça dans la tête sans que tu t’y attendes !

La force de ses personnages est qu’ils sont tous totalement différents, aussi bien du point de vue du caractère que du milieu social duquel ils viennent. Et pourtant il ne faut pas se fier aux apparences, ça tu le sais déjà mon cher lecteur, parce que certaines personnes à priori bien sous tout rapport peuvent se révéler bien différente, quand on a fini de gratter la petite couche dorée qu’ils ont en surface.

Et puis il y a un autre personnage, immatériel celui-là, celui de la ville de Toulouse, magnifiée sous la plume de l’auteur qui la fait vivre et qui lui donne un place importante dans l’intrigue.

Le mot de la fin

Nicolas Druart est un auteur dont on parle trop peu. Bourré de talent, il mériterait d’être amplement plus mis en avant sur la scène littéraire française. Je lui souhaite, pour ses futures ouvrages, de continuer à trouver son public, je lui souhaite également de trouver des lecteurs suffisamment conquis par son écriture et ses intrigues pour en parler autour d’eux, sur les réseaux sociaux, afin de mettre en lumière le jeune talent qu’il est.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s