Déceptions, Editions Albin Michel

L’institut – Stephen King

Bon, on va la faire rapide, méthode « arrachage de Sparadra : ça fait mal sur le coup mais faut y passer », non seulement je n’ai pas aimé ma lecture, mais en plus je l’ai abandonnée…Vous avez peut-être suivi mes péripéties sur les réseaux sociaux ces deux derniers jours mais ça n’a pas été l’éclate entre le King et moi cette fois, et pour cause : page 50 il ne se passe rien, page 100, pas mieux, page 150 je passe plus de temps sur Vinted et Instagram que sur mon bouquin, page 180 je fais un post sur Instagram pour dire que je ne sais pas si je vais continuer, et page 200 j’abandonne ! Voilà !

Que s’est-il passé ? Ben rien, le néant, nada. Je n’ai pas retrouvé l’atmosphère américaine que j’aime tant habituellement chez cet auteur, je n’ai pas retrouvé non plus le suspense ni la frénésie des pages tournées dans L’outsider, ni l’angoisse que j’attendais d’avoir. Trop de personnages, trop de moment dans lesquels il ne se passe rien et pendant lesquels j’éprouve un ennui profond, pas d’attachement avec les personnages, rien quoi !

Un encéphalogramme plat pour moi, et mon premier abandon de l’année, contrairement à L’outsider l’an dernier qui a fini dans mon Best of 2019 ! Bon, il a quand même 5 étoiles sur Amazon, donc ne vous découragez pas et si vous êtes fan du King, allez-y ! J’espère que vous l’apprécierez plus que moi.

Pour ma part je vais juste vous dire : au suivant !

P.S. J’ai décidé de faire un retour écrit malgré le fait que je ne l’ai pas terminé, histoire de ne pas entendre (encore une fois) les mauvaises langues qui ne me connaissent même pas dire que je fais dans la complaisance.


L’histoire (4ème de couverture)

Au coeur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent.Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre presque semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre. Dans le couloir, d’autres portes cachent d’autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques.

Que font-ils là ? Qu’attend-on d’eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s’enfuir ?

Aussi angoissant que Charlie, d’une puissance d’évocation égale à Ça, L’Institut nous entraîne dans un monde totalitaire… qui ressemble étrangement au nôtre. Le nouveau chef-d’oeuvre de Stephen King.

10 réflexions au sujet de “L’institut – Stephen King”

  1. De nombreux avis mitigés sur ce dernier Stephen King, mais je pense me laisser tenter malgré tout histoire de me faire ma propre opinion car comme on dit « chacun ses goûts », « tous les goûts sont dans la nature », « les goûts et les couleurs ça ne se discute pas » !!
    Bref…..!!
    Merci pour ce retour !
    Au plaisir
    Stéphanie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s