Coup de coeur, Editions Pygmalion

L’encyclopédie de la connerie ambiante – Samir Bouadi et Sébastien Dourver

Sébastien Dourver est THE découverte 2019 pour moi. J’ai bassiné tout le monde avec Cool Killer, j’ai même forcé mon mec à le lire quand il m’a demandé conseil sur sa prochaine lecture et il ne s’en remet toujours pas de lire un bouquin comme ça :

Page 3 : « mais qu’est-ce que c’est que ce bouquin ».

Page 5 : « mais qu’est-ce que c’est que ce putain de bouquin que tu me fais lire… »

Je crois qu’il était pas prêt !

L’encyclopédie de la connerie ambiante n’est pas un thriller, je ne compte pas diversifier mes genres littéraires plus que ça mais j’ai eu envie de découvrir ce qui se cachait derrière ce drôle de titre écrit à quatre main, j’avoue (pardon Samir mais je ne te connaissais pas encore) qu’après avoir lu Cool Killer j’avais vraiment envie de voir de quoi Sébastien Dourver était capable.

Il n’est pas tout seul cette fois à écrire son bouquin – vous me direz qu’on a bien compris, depuis Cool Killer, qu’il n’est pas tout seul dans sa tête ce bonhomme (rires) – il est accompagné de Samir Bouadi, auteur, acteur et chroniqueur (OK Google, merci !). Les deux-là n’en sont pas à leur coup d’essai ensemble car ils ont déjà publié conjointement en 2016 Bien choisir sa religion avant la fin du monde, que je n’ai pas encore lu mais ça ne saurait tarder.

Je ne m’attendais pas à une lecture conventionnelle vu le titre, j’en ai eu pour mon compte, je n’ai aucune idée de comment je vais vous parler de ce bouquin mais je vais tenter de vous convaincre de le découvrir.

Je vous parle aujourd’hui de L’encyclopédie de la connerie ambiante, de Samir Bouadi et Sébastien Dourver.

L’histoire (4ème de couverture)

« La connerie est un sujet sérieux, pour ne pas dire grave. Un sujet trop grave pour être confié aux gens sérieux, tout comme la guerre, qui, pour Clemenceau, était un sujet trop sérieux pour être confié à des militaires. Il semblerait que l’époque soit particulièrement fertile en connerie. Et ce pour une simple raison : jamais, dans l’histoire de l’humanité, les êtres humains n’ont eu accès à autant de savoir objectif, jamais elle n’a atteint un tel degré de maîtrise technologique et scientifique et, dans le même temps, jamais l’être humain n’aura autant douté de la science et de ses promesses. Dans ce livre, tout le monde va en prendre pour son grade, du plus puissant au plus modeste.

« Chers amis, nous vous proposons une petite promenade dans les allées ombragées d’une époque gavée à la niaiserie. »

Bon… J’suis dans la merde moi, parce que moi ça fait trois ans et demi que je ne chronique QUE du thriller, et qu’il est compliqué de trouver ce qui pourrait être intéressant pour vous dans une chronique d’un bouquin d’un autre genre littéraire. Ajoute en plus que ce bouquin n’est pas forcément très conventionnel (doux euphémisme), tu comprends pourquoi je publie ma chronique seulement aujourd’hui alors que ça fait plus d’une semaine que j’ai terminé ma lecture.

Pour faire simple, L’encyclopédie de la connerie, comme son nom l’indique, c’est un peu le journal intime de deux auteurs profondément agacés par certaines modes, certains concepts, certaines habitudes bien de notre époque. Ça commence par la trottinette (et pafffff la trottinette, Sébastien je pense vraiment que tu as une sorte de traumatisme lié à ce mode de déplacement, faudra qu’on en parle à l’occaz’, tu sais où me joindre), ça passe par le brunch du dimanche, la cuisine moléculaire, les médecines alternatives, l’écriture inclusive, ou encore le polar nordique. Tout le monde en prend plein la tronche, et ce durant plus de 300 pages. Jamais moralisateurs, toujours sur un ton sarcastique et humoristique qui a littéralement fait disparaître ma ride du lion tellement j’ai ri, que j’ai jubilé devant tant de coups de griffes donnés à tous ceux qui pourront se sentir concernés par certaines pages, moi y compris (par exemple au moment d’évoquer le polar nordique, et encore, j’vous ai trouvé assez gentil pour celle-là les gars). Tu peux te dire en me lisant mon cher lecture « mais en fait ce sont juste deux méchants qui s’en prennent gratuitement aux autres », je te répondrai que non, ils donnent leur avis comme tout un chacun pourrait le faire, et finalement tu te rendras compte qu’au fond de toi il y a la petite voix qui te dit « mais c’est tellement vrai ! »

Ah oui, j’ai oublié de te dire ! Ce joyeux bordel est divisé en quatre parties :

  1. Trucs de société,
  2. Politique participative et démocratie politicienne (te sauve pas lecteur, j’te jure que c’est plus abordable que ne laisse supposer le titre !),
  3. Médecine parallèle, santé approximative et bien-être relatif,
  4. Sport, conso et gastro.

Ça peut se lire d’une traite, ça peut se lire point par point, un ou plusieurs par jours car ça va vite, ça ne fait que quelques pages, et ça divertit, et tu peux très bien sauter celles qui t’intéressent moins pour passer à une autre.

Mes préférées : La trottinette électrique, Théories du complot, Les gilets jaunes, Antivax, La bonne copine sophrologue, La commande Amazon, Le tee-shirt basic à 5 euros, Apéro dînatoire, Le brunch du dimanche, Instagrammeuse, Mur Facebook, Morts par selfie, Polar nordique, Les séries françaises (exceptionnelle!), Les experts des chaînes d’info et Twittocrassie. Oui je sais, ça fait beaucoup, et encore j’ai trié !

Le mot de la fin

À lire obligatoirement si t’es ouvert d’esprit.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s