Interview, Polar/thriller français

Lumière sur… Marie Talvat et Alex Laloue !

Soyons honnêtes, ces deux-là sont un peu mon coup de cœur cette année, et ils vont avoir une très bonne place dans mon top 2019 des écrivains prometteurs à suivre à tout prix dans les années à venir !

Je vous ai parlé à deux reprises d’eux en quelques semaines, dans ma chronique de Comme des bleus, et plus récemment d’A corps perdu leur second roman.

Ils ont insufflé un vent de fraîcheur pour dépoussiérer le polar français, et j’ai eu envie d’échanger avec eux pour qu’ils nous parlent de leur travail d’écriture, une écriture particulière car elle se fait à quatre mains.

Lumière sur Marie Talvat et Alex Laloue.

Bonjour Marie et Alex. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs qui ne vous connaissent pas encore svp ?

Bonjour, nous sommes Marie Talvat et Alex Laloue. Nous avons 29 ans, sommes tous les deux auteurs et avons encore toutes nos dents. Notre éditeur aime dire qu’on est un « couple à la ville comme à la plume ». La ville, c’est Paris, et on est mariés, c’est vrai. Alors on ne lui en veut pas trop.

 

Pouvez-vous nous parler de votre dernier ouvrage, A corps perdu, paru il y a quelques semaines chez Plon ?

Notre deuxième roman, c’est l’histoire de Pauline et Arsène (les personnages de notre premier livre Comme des bleus), quinze ans plus tard. Les deux amants sont séparés depuis longtemps, mais leurs chemins vont se recroiser très brutalement, quand le fils de Pauline va être enlevé en plein Paris. Arsène, qui est toujours flic, ne va pas pouvoir s’empêcher de se mêler de l’enquête…

 

Vous êtes respectivement journaliste et policier, comme les personnages que vous mettez en scène. Qu’est-ce qui vous a donné envie de sortir de votre milieu professionnel pour vous lancer dans l’écriture ?

La question serait plutôt : pourquoi nous lancer dans ces carrières, alors que l’on prend beaucoup plus de plaisir à écrire la vie des flics et des journalistes qu’à la vivre ?

 

Bizarrement, je n’arrive pas à imaginer vos personnages avec un autre visage que le vôtre. Est-ce qu’il y a un peu de vous dans chacun d’eux ?

Alex : Je pense que ça a été inévitable, même si j’ai vite essayé de détacher le personnage de ce que je suis réellement. Le jour où nous avons reçu nos contrats d’édition, on a compris que nos mères nous liraient. À partir de là, on a voulu éloigner nos personnages de nous 😉

Marie : Effectivement, comme nous avons commencé à écrire comme un jeu, on s’est amusés au début à se créer des alter-egos. Avec des vies plus palpitantes que les nôtres, bien sûr ! Mais le jeu du miroir s’épuise vite, alors on s’est appliqués à distancier nos personnages de nous. Finalement, ça a été beaucoup plus amusant. D’autant que ceux qui nous connaissent s’arrachent les cheveux à démêler le vrai du faux – et on aime bien ne pas trop les corriger…

 

Vous écrivez à deux chacun de vos romans, comment gérez-vous la construction de l’intrigue, et surtout la phase d’écriture ? Chacun dans son coin, ou tout se fait toujours à deux ?

On prépare l’intrigue ensemble, à l’avance. C’est une phase de l’écriture absolument géniale : on s’assoit autour d’un verre et on imagine la façon dont on va tendre des pièges à nos lecteurs. C’est jouissif. Ensuite, on développe un plan détaillé du livre, avec une alternance de chapitres entre son point de vue à Elle, et son point de vue à Lui. Puis chacun écrit un chapitre, et l’autre apporte des suggestions. Mais n’avons encore jamais écrit de texte à deux à proprement parler.

On nous demande souvent si c’est difficile de travailler à deux. En réalité, ça nous motive et ça nous donne des idées quand, tout seul, on pourrait se retrouver bloqué devant une page blanche. C’est une expérience très enrichissante, et surtout plus amusante que d’écrire seul. Ceci dit… Nous sommes en train, chacun de notre côté, de prendre notre envol sur des projets solo.

 

Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes pouvez être confrontés ?

Alex : L’angoisse de la page blanche est très présente chez nous. À chaque fois que l’on termine un chapitre, on a peur de ne pas réussir à démarrer le suivant. C’est à la fois exaltant et très troublant, parce que l’on se remet tout le temps en question.

Marie : La difficulté principale que je rencontre, c’est le manque de motivation. Si, si, même quand on adore écrire, on peut parfois avoir la flemme – et c’est trop souvent mon cas. Bosser avec Alex m’aide beaucoup là-dessus, parce que je sais qu’il attend de lire mon chapitre, alors il faut bien que j’arrête de procrastiner à un moment !

Etes-vous toujours d’accord entre vous, ou est-ce qu’il y a parfois des moments où vous n’êtes pas d’accord sur la manière dont l’autre mène l’intrigue/l’écriture ? 

Alex : Notre vie d’écrivains et notre vie de couple seraient vraiment moroses si nous étions tout le temps d’accord. Il nous est arrivé de nous disputer sur un point d’écriture, moins sur un point d’intrigue. Mais la plupart du temps, ça mène à des discussions constructives, l’un remet toujours en question ce que fait l’autre, et ça nous fait toujours avancer.

Marie : Comme nous bossons ensemble l’intrigue et ses rebondissements avant de passer à la phase d’écriture, nous n’avons pas vraiment de mauvaises surprises du genre « Oh mon Dieu ! Mais enfin, pourquoi tu as tué ce personnage ?! ». Par contre, c’est vrai qu’il nous arrive de nous écharper sur une virgule. Mais c’est encore l’un des avantages de travailler à deux : il y a toujours quelqu’un qui nous attend au tournant pour nous éviter de tomber dans nos tics d’écriture, ou de laisser passer des paragraphes à la formulation un peu trop faiblarde.

Je vous laisse carte blanche pour terminer cette interview !

Merci de nous avoir lus jusqu’au bout, et surtout, si vous nous croisez pendant un salon du livre, venez à notre rencontre ! Promis, on ne mord pas 😉

Infiniment merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions !

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s