Non classé

Dans la toile – Vincent Hauuy

Voilà déjà quelques jours que j’ai terminé ce roman mais je prends seulement maintenant le temps de vous en parler (à quand des journées de 48h ?).

Si vous êtes un serial lecteur de thrillers, vous devriez avoir déjà entendu parler de Vincent Hauuy, et de son très remarqué – et remarquable – premier roman, Le tricycle rouge, paru en 2017 et grand gagnant du Prix RTL VSD. Le brasier a suivi un an plus tard, avec une intrigue dans la continuité du Tricycle rouge.

L’auteur revient aujourd’hui avec un troisième opus, toujours chez Hugo Thriller, et je peux déjà vous dire que vous pouvez oublier les deux premiers ouvrages de l’auteur, car il part aujourd’hui sur quelque chose de complètement différent!

Je vous parle aujourd’hui du dernier livre de Vincent Hauuy, Dans la toile, paru chez Hugo Thriller.

L’histoire (4è de couverture)

Isabel Gros est une miraculée. Seule survivante d’une fusillade, elle a passé deux semaines dans le coma. Contrainte d’abandonner sa carrière de critique d’art et ne supportant plus la vie citadine, elle quitte Paris avec son mari, pour s’installer dans leur nouveau chalet, au cœur des Vosges. Souffrant de graves séquelles, Isabel pense se reconstruire grâce à la peinture. Mais le malaise qu’elle ressent dès son arrivée va rapidement se transformer en terreur.

Une prise de risque !

Le moins que l’on puisse dire c’est que Dans la toile marque une rupture claire et nette avec les deux précédents titres de l’auteur, car Vincent Hauuy laisse le thriller plus classique pour s’essayer cette fois au thriller psychologique, et si j’avais vraiment apprécié Le tricycle rouge et Le brasier, clairement celui-ci devient officiellement mon préféré de l’auteur.

L’intrigue se déroule non loin de chez moi, à Plainfaing dans les Vosges. Prenez une nana qui a subi un drame et qui est en plein stress post-traumatique, mettez-là dans un chalet isolé en pleine cambrousse vosgienne, ajoutez-y l’hiver qui pointe le bout de son nez (et on sait comme ça peut être glauque, les Vosges, à cette période !), saupoudrez le tout d’un mari envers qui on n’a pas trop confiance parce que trop gentil pour être honnête (attention, je n’ai pas dit qu’il était mêlé à quoi que ce soit et je ne vous spoile rien de l’intrigue ! ) et vous obtiendrez un bon thriller au parfum de huis-clos !

Le personnage d’Isabel est au centre de l’intrigue, elle est le personnage principal, la narratrice également, et c’est à travers ses yeux, et au travers de sa souffrance psychique que nous évoluons dans cet univers confiné dans lequel je me suis d’ailleurs sentie particulièrement mal à l’aise. Ambiance froide et glauque, tension narrative intense, au gré des aléas moraux de notre Isabel qui est sur la corde raide, prête à basculer dans la folie à grand renfort de paranoïa et d’angoisses incontrôlables, tout y est pour nous coller un suspense de tous les diables.

Côté rythme… On est sur du thriller psychologique… Mon côté naturel qui n’aime pas forcément mettre de la dentelle aurait envie de vous dire qu’il ne se passe pas grand chose, comme dans tout thriller psychologique MAIS cette remarque n’est pas à prendre au sens négatif, bien au contraire. Un bon thriller psychologique, c’est du rythme, même quand il ne se passe rien, et Vincent Hauuy a réussi le tour de force d’écrire un bouquin qu’on a bien du mal à poser et malgré le huis-clos et tout l’aspect psychologique qui est développé, à aucun moment l’ennui n’est arrivé durant ma lecture. Pourtant, c’est loin d’être gagné entre un thriller psychologique et moi, et nombreux d’entre eux m’ont vraiment lassée en raison d’une intrigue trop répétitive et d’un rythme inexistant (voir ici, ici et ici).

Et puis plus on avance, et plus on se rend compte que même si Vincent Hauuy part sur un autre genre complètement différent de ses autres ouvrages, on retrouve quand même LA griffe de l’auteur, à savoir que le dénouement de l’intrigue se situe à mille lieux de ce que vous auriez pu imaginer (et croyez-moi, je lis assez des thrillers pour voir venir les dénouements classiques, parfois plusieurs centaines de pages avant ! ). Ça plaît, ou ça plaît pas, moi en tout cas ça me convient tout à fait, d’autant plus que je suis toujours dans ma période « besoin de lire quelque chose de différent et qui sort du cadre ».

Le mot de la fin

Agréablement surprise de ce changement de cap, j’aime quand un auteur ne s’enferme pas dans un même style et qu’il prend des risques pour bousculer son lectorat, en allant sur un terrain sur lequel on ne l’attendait pas.

Le plus abouti, le plus mature du point de vue de l’écriture, le plus enivrant des livres de Vincent Hauuy, je ne peux que vous le recommander chaudement !

Et si l’envie vous prend d’aller visiter les Vosges, Plainfaing abrite une chouette usine artisanale de bonbons que vous pouvez visiter, très sympa à faire par temps de pluie et de brouillard, c’est du vécu ! (c’était la p’tite minute Globe-trotteuse du jour)

1 réflexion au sujet de “Dans la toile – Vincent Hauuy”

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s