Editions Lajouanie

Comme des mouches – Frédéric Ernotte et Pierre Gaulon

Ceux qui suivent mon blog de près ont dû voir le petit loupé du début de semaine dernière, j’avais programmé cet article mais je n’ai pas eu le temps de le rédiger avant de partir en vacances, ils ont donc lu uniquement la quatrième de couverture car je n’avais rien mis d’autre dans mon article (merci à ceux qui m’ont prévenue !!!).

De retour chez moi, je prends enfin le temps de vous parler de ce livre, heureusement que je prends des notes durant ma lecture !

Comme des mouches est un roman un peu particulier, car il a été écrit conjointement par deux auteurs. Je ne sais pas comment font deux auteurs pour réussir à écrire un bouquin ensemble, mais je trouve l’idée originale. Originale, l’intrigue l’est également. Différent, ce livre l’est, assurément, et ça fait du bien de sortir un peu de sa zone de confort quand on est lecteur ou lectrice d’un seul et même genre.

Je vous parle aujourd’hui de Comme des mouches, de Frédéric Ernotte et Pierre Gaulon, paru récemment aux Editions Lajouanie.

L’histoire (4è de couverture)

Ça ne devait être qu’un jeu pour oublier la rupture. Une manière pour deux amies déçues par l’attitude des hommes de se venger en orchestrant le canular de leur vie : sélectionner huit candidats sur un site de rencontres, le Love Corner, et les mettre à l’épreuve pour une récompense en or : Regina. Mais lorsque le faux profil conçu pour être un redoutable appât devient une cible et que les prétendants disparaissent les uns après les autres, les demoiselles réalisent que l’amour 2.0 est une arène impitoyable.

Une thriller différent !

Ce que j’apprécie avec cette maison d’édition, Lajouanie, c’est que leur slogan : « Roman policier mais pas que… » reflète clairement l’état d’esprit de leurs parutions. Ce qui fait la richesse de leurs romans, c’est qu’ils sont à la croisée de plusieurs genres littéraires, souvent décalés, qu’ils ne rentrent pas des cases, et ça fait du bien parfois de lire quelque chose de différent dans un genre qui est très normé, surtout quand on lit exclusivement un seul genre littéraire comme c’est mon cas.

Comme des mouches ne fait pas exception à la règle. J’ai pour habitude de dire que si je ne trouve pas au moins un cadavre ou une scène de torture dans les toutes premières pages d’une nouvelle lecture, ce livre n’est pas fait pour moi, et pourtant force est de constater que ça peut aussi fonctionner même quand c’est différent et décalé.

Ici, nous suivons deux copines, un peu désabusées par la gente masculine, l’une fraîchement larguée qui ne s’en remet pas, l’autre qui va tout faire pour la soutenir au point d’organiser un jeu diabolique, autour d’un site de rencontre, histoire de donner une bonne leçon à ces satanés bonhommes ! Sauf que rien ne se passe comme prévu, et très vite, ce sont tous les rouages du thriller qui se mettent en place avec la disparition de plusieurs prétendants. La tension est à son comble, on assiste à une véritable hécatombe autour d’elles, et les deux jeunes femmes se retrouvent dans une situation qu’elles ne parviennent plus à gérer. Sans jamais tomber dans une noirceur profonde, les deux auteurs s’attachent à faire de ce livre une lecture divertissante, nerveuse, à l’intrigue rocambolesque.

L’alternance de narrateurs offre une multiplicité de points de vue au lecteur, et permet de nous faire connaître de manière assez approfondie chacun des personnages, et malgré un roman relativement court, 300 pages à peine, on a le temps de les découvrir et d’avoir un sentiment d’empathie qui se développe pour eux.

J’ai beaucoup apprécié le ton des dialogues utilisés, c’est cocasse et ça prête souvent à sourire ou à rire, malgré la gravité des événements. Ça aurait pu vite devenir gavant, l’humour un peu lourd et pas de très haut niveau des deux jeunes femmes, mais finalement ça ne fait que contribuer à rendre notre duo particulièrement sympathique et attachant. C’est justement dosé, ça apporte une petite touche de fraîcheur au livre, et ça lui permet surtout de se démarquer des thrillers plus conventionnels.

Quelque chose de plus sérieux émerge néanmoins, derrière la partie thriller : dangers des réseaux sociaux, mauvaises rencontres via les sites de rencontres, relations que nous entretenons avec les réseaux sociaux… Des thèmes très actuels qui trouveront, sans doute, un écho chez de nombreux lecteurs, surtout s’ils sont célibataires ou qu’ils ont déjà fréquentés les sites de rencontre.

Le mot de la fin

Je vous avoue que je suis un peu dépitée par la fin du bouquin, pas parce qu’elle ne me plaît pas, mais parce que j’ai ressenti une profonde injustice en fait… Difficile de vous expliquer mon point de vue sans vous spoiler l’intrigue, donc je préfère ne pas trop vous en dire, mais j’ai refermé ce livre avec le cœur un peu lourd.

Très belle découverte, qui me donne envie de continuer à découvrir ces deux auteurs !

Je recommande !

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s