Coup de coeur, Editions L'Archipel, psychologique

Le colis – Sebastian Fitzek

Sebastian Fitzek est un des premiers auteurs étrangers et que j’ai découverts lorsque je me suis remise à la lecture de polars il y a une dizaine d’années, et malgré le temps qui passe, je me souviens encore de mes premiers émois de lecture grâce à lui, c’est dire si ses livres m’ont marquée pour que je m’en souvienne plusieurs années après !

L’auteur allemand revient aujourd’hui avec un thriller psychologique absolument ahurissant ! Véritable phénomène de monde, l’étiquette « thriller psychologique » est collée un peu trop facilement sur certains thrillers ces derniers mois, celui-ci par contre, la mérite pleinement !

Je vous parle aujourd’hui du dernier livre de Sebastian Fitzek, Le colis, paru en mars dernier aux Editions L’Archipel.

L’histoire (4è de couverture)

Vous n’auriez jamais dû accepter ce colis !

Depuis qu’Emma Stein a été violée dans une chambre d’hôtel, la jeune psychiatre est incapable de sortir de chez elle. Elle a échappé à un psychopathe que la presse surnomme le coiffeur » pour son obsession maniaque à scalper les jeunes femmes qu’il tyrannise, avant de les assassiner sauvagement.

Désormais, elle vit dans l’angoisse de croiser sa route à nouveau et croit le reconnaître en chaque homme qu’elle rencontre… bien qu’elle n’ait jamais pu voir son visage. Il n’y a qu’un seul endroit où elle se sente en sécurité : sa maison en bord de lac, dans la banlieue de Berlin. Jusqu’au jour où le facteur lui demande d’accepter un colis pour son voisin. Un homme dont elle n’avait jamais entendu parler, bien qu’elle vive dans sa rue depuis des années… »

Un thriller étouffant !

C’est entre les quatre murs de la maison d’Emma que nous allons passer une majorité de notre temps de lecture, à ses côtés, après qu’elle ait subi un viol plusieurs mois auparavant. Dire qu’Emma est choquée par ce qui lui est arrivé est un euphémisme, le traumatisme est très profond, la jeune femme a vu sa vie personnelle et professionnelle imploser après ce drame et elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. L’action est centrée exclusivement sur elle, sur sa détresse psychologique et sa paranoïa qui prennent toute la place.

Là où l’auteur fait très fort, c’est qu’il arrive à nous plonger dans un état permanent de doute, brouillant et multipliant sans cesse les fausses pistes, histoire de relancer à chaque fois l’intrigue et de titiller notre attention pour ne pas nous perdre dans une intrigue où il ne se passe pas grand-chose de concret il faut bien l’avouer. C’est d’ailleurs le propre du thriller psychologique, ce n’est pas une intrigue basée sur des actions et rebondissements multiples, c’est au contraire une même action répétée de nombreuses fois, c’est le fait de suivre un même personnage, souvent isolé ou peu entouré, en proie à un stress, une angoisse et une paranoïa permanentes. Ce sentiment de paranoïa est ici poussé à son paroxysme et crée un suspense de tous les diables, on en viendrait presque à la sentir, cette présence malfaisante du criminel, on en viendrait presque à ressentir des palpitations en nous retournant, de peur de nous retrouver face au monstre.

Aucun répit pour le lecteur qui va en prendre plein la tronche pendant 300 pages, qui émettra des hypothèses tout au long de sa lecture, hypothèses qui finiront à chaque fois par voler en éclat à mesure que les rebondissements se multiplieront. Ni trop de rebondissements, ni pas assez, juste ce qu’il faut pour rester crédible. Et plus c’est crédible, plus on y croit, plus on fait confiance à l’auteur qui s’amuse à nous tromper et à nous manipuler. Rien n’est simple, dans le thriller psychologique, tout porte à confusion, et les choses qui paraissent les plus évidentes ne sont pas forcément celles que l’on croit…

L’atmosphère est irrespirable, elle nous met mal à l’aise en même temps qu’elle nous oppresse, il y a un suspense terrible qui transpire de chaque page, et qui se termine en apothéose avec un final détonnant !

Le mot de la fin

Quelle puissance d’intrigue, quel livre incroyable, c’est du grand art ! L’auteur a réussi le coup de maître d’écrire un thriller impossible à lâcher, dans un environnement très restreint et avec un nombre de personnages très limité.

Les thrillers psychologiques se multiplient, mais ne sont pas de qualité égale et il y a souvent une redondance dans les intrigues. Le colis fait exception à la règle, j’adhère, je valide, et je recommande chaudement !

2 réflexions au sujet de “Le colis – Sebastian Fitzek”

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s