Bilans livresques, Editions De Saxus, Editions Eaux Troubles, Editions Harper Collins, Editions La bête noire, Editions La Martinière

Bilan livresque – Mars 2019

J’ai été assez active niveau lecture durant ce mois de mars vu que j’ai été cloîtrée à la maison pendant plus de deux semaines… Forcément, ça laisse le temps de lire !

Beaucoup de pavés lus ce mois-ci, pour un total de 8 livres lus. D’excellentes lectures dans l’ensemble, deux coups de cœur et un coup de foudre. Un bon mois dans l’ensemble, avec une déception malgré tout… ça arrive !

J’avais aussi pour bonne résolution cette année de reprendre les interviews, une par mois… Finalement il y en aura eu 5 ce mois-ci : Armelle Carbonel, Nicolas Koch, Chris Loseus, Mo Malo, Ombeline Marchon (traductrice).

Sans plus de blabla, voici le bilan, avec un petit point « Quai du polar » à la fin de l’article, et même deux photos ! Si, si !

« Sur le plan littéraire, je dirais que cet ouvrage est le plus abouti de l’auteur, parce qu’il se situe à la croisée de deux genres, celui du polar et celui du romanesque. La forme est travaillée, l’esthétique magnifiée, conférant une puissante consonance littéraire au texte. On découvre un auteur caméléon, capable de se fondre dans plusieurs genres et d’y évoluer avec une facilité déconcertante quitte à bousculer le lecteur et à le sortir de sa zone de confort. La dame de Reykjavik pourra aussi bien séduire les amateurs de thrillers, que les lecteurs de littérature blanche. »

Du grand Ragnar Jonasson ! Je ne peux que vous le recommander ! »

« Vous savez que vous êtes en train de vivre vraiment votre lecture quand vous pensez à votre bouquin lorsque vous reprenez le déroulé de votre vie quotidienne (faut bien manger de temps en temps !), et qu’il vous tarde de remettre le nez dedans.

Un fruit amer est un vrai gros coup de coeur pour moi, et je ne peux que vous recommander de le découvrir. Faites confiance aux nouveaux auteurs français émergents, certains ont de très belles choses à vous faire découvrir. »

« Un ouvrage qui combine mon besoin d’évasion et mon amour du suspense. Je vous avoue que cette lecture m’a un peu foutue le cafard, parce que la manière d’aborder certains sujets ont titillé en moi quelques émotions très personnelles.

Un road trip enivrant, au final détonnant !

Je ne peux que vous le recommander ! »

  • DiskøMo Malø (Editions La Martinière)

« Magistral, magnifique, merveilleux Diskø. Je suis partagée par la joie d’avoir enfin pu le découvrir, et par le vide qu’il va me laisser pendant quelques temps le temps que je m’en remette.

Mo Malø, tu es un grand auteur, tu as de l’or au bout de ta plume et tu insuffles un peu de magie dans le thriller français. »

« Plus que le huis-clos, la force de ce bouquin, c’est que tu ne vois rien venir, et à quelques pages seulement de la fin je me demandais comment il était possible que l’auteur boucle son livre en si peu de pages, sans le bâcler. Et bien, il l’a fait ! Ce n’est pas une chute que nous offre Matthieu Parcaroli, c’est un gouffre, un ravin dans lequel il plonge son lecteur, sidéré par un pareil dénouement. Terminer sur un effet de sidération aussi important aura pour effet de marquer durablement les lecteurs, bien joué ! »

« Je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’intrigue… Ce qui a vraiment perturbé ma lecture, c’est la construction de l’intrigue :dans un même chapitre, toutes les intrigues qui constituent le livre sont évoquées, ce qui donne, je trouve, quelque chose de relativement brouillon, une sorte d’énorme pêle-mêle dans lequel on a du mal à avancer et à s’ancrer. On passe d’une intrigue à l’autre en un changement de paragraphe, on se disperse, et finalement je me suis sentie perdue dans un univers dans lequel l’auteure ne me laissait pas le temps de m’immerger. »

  • Vindicta – Cédric Sire (Editions Metropolis)

« Hypnotique, déconcertant et ensorceleur Vindicta.

Metropolis frappe fort pour ce première parution, et fait une entrée fracassante dans le thriller français.

Si j’ai aimé tous les livres de Cédric Sire que j’ai déjà pu lire, celui-ci est pour moi le plus travaillé, le plus abouti aussi, tant au niveau de la complexité de l’intrigue que de la narration. »

Blood OrangeHarriet Tyce (Editions La Bête Noire)

« Pour une première parution, c’est une franche réussite ! Si l’intrigue résonne de manière relativement classique, la particularité de Blood Orange réside dans le fait que c’est traité de manière moins conventionnelle que la majorité des thrillers domestiques, trop gentillets et trop axés « ménagère » à mon goût. Le ton employé ici est parfois cru, les mots choisis sont tranchants, certains passages sont dérangeants et rendent mal à l’aise en raison de la place de voyeur qu’on a en tant que lecteur.

Je recommande ! »


Quai du polar

Ce mois de mars s’est terminé par un passage au Quai du polar, durant 24h. Difficile de résumer en quelques lignes l’étendue de toutes les rencontres faites sur le salon. J’ai passé moins de 4h sur le salon, sur deux jours de présence, parce que j’avais envie de profiter de la ville d’autant plus que j’étais accompagnée de Mr Serial Lecteur et qu’il en fallait pour les deux afin que le week-end soit agréable pour nous deux. J’ai fait de très belles rencontres, tant au niveau littéraires qu’humaines, et je garderai un souvenir marquant de cette première édition pour moi.

Grand moment de ma vie de lectrice, j’ai enfin pu rencontrer un de mes auteurs fétiches, Ragnar Jonasson, et le papa de Qaanaaq, mon grand coup de cœur 2018, Mo Malo, lors d’un huis clos organisé par les Editions La Martinière en marge du salon. J’ai également rencontré des blogueuses et booktagrammeuses adorables, qui ont contribué à faire de ce huis clos un moment unique ! 🙂

Je ne poste jamais de photos de moi, mais je vais faire une exception pour celle-ci, je pense que vous comprenez pourquoi… 🙂

Concernant le Quai du polar, je regrette simplement l’absence d’auteurs des Editions Ring, maison boycottée par le salon. Mattias Köping ou encore Ghislain Gilberti, sont devenus des incontournables du polar français en l’espace de quelques années, ils se sont imposés comme des poids lourds du genre, et de très nombreux lecteurs auraient été enchantés de pouvoir enfin les rencontrer. Sur mon blog, pas de politique, pas de polémiques, mais je tenais à en parler malgré tout.


Et pour avril ?

Je ne prévois rien, et me laisse porter par la vague… 🙂

Bonnes lectures !

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s