Coup de coeur, Editions De Saxus, Polar/thriller français

Un fruit amer – Nicolas Koch

Après une discussion avec l’auteur au moment de commencer ma lecture, dans laquelle il me disait que ce livre était très différent de ce que je lisais habituellement, je me suis dit « ouah la galère, si j’accroche pas, ça va être long 500 pages… ». Et puis, entre le fait que je suis curieuse de nature, toujours ouverte pour faire de belles découverte dès que le mot « thriller » ou « polar » apparaît sur la couverture d’un bouquin, et qu’en plus le blogueur Tomabooks en parlait régulièrement sur Instagram à ce moment-là, j’ai sauté le pas !

Bref, aussitôt commencé, aussitôt englouti !

Cette chronique sera un peu spéciale, car je vais la partager avec le chroniqueur vidéo (et ami) Nicolas de la page Il en pense quoi Nico ? Nous avions déjà travaillé ensemble il y a quelques mois sur la chronique d’Enfermé.e de Jacques Saussey et on a eu envie de renouveler l’expérience.

On vous parle donc aujourd’hui d’Un fruit amer, de Nicolas Koch, paru récemment aux Editions De Saxus.

L’histoire (4è de couverture)

Un thriller étouffant dans la chaleur de l’Amérique du Ku Klux Klan.
Comté de Woodbridge, Alabama, 1963.
En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C’est dans ce contexte explosif qu’un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d’une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n’est autre que la fille d’un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan.
Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c’est l’œuvre d’un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l’un de ses agents afin de tirer l’affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu’elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante…


Il en pense quoi Nico ?

« Un roman plein de suspense, radical et même militant. »

Pour voir l’excellente chronique vidéo de Nico : c’est sur sa page Facebook que ça se passe


Elle en pense quoi Anaïs ?

Embrasement immédiat !

Si les 60 premières pages ont vraiment eu pour but de poser de solides bases sur l’intrigue, en nous présentant rapidement l’essentiel des personnages, le contexte social de ce temps où la ségrégation battait son plein, ou encore les différentes organisations liées à cette ségrégation et aux mouvements contestataires, une fois que tout est en place et qu’on rentre dans le vif du sujet… ça décape, et c’est in-lâ-chable !

Derrière un démarrage rapide bien que relativement classique, la découverte du cadavre d’une jeune fille blanche de bonne famille, l’enquête va nous propulser dans l’enfer de la ségrégation raciale qui sévissait dans le sud des Etats-Unis, à une époque pas si lointaine que ça, dans les années 60. Le meurtre est sordide, barbare, et la jeune femme a vécu l’enfer avant de finir par mourir. Les conclusions de l’enquête sont rapidement rendues, et dans cette partie de l’Amérique aux idées d’un autre temps, la conclusion est rapide, c’est forcément un noir qui a fait ça… Peu cherchent à comprendre, tous se satisfont de ça, la population veut se venger et l’ombre du Ku Klux Klan plane dangereusement sur la communauté noire.

C’est une immersion totale que nous propose l’auteur Nicolas Koch, dans cet Etat brûlant de l’Alabama, brûlant par sa température, mais aussi par les atrocités qui y sont commises et le climat de terreur et d’oppression qui y règne. L’action est concentrée dans une petite ville où tous se connaissent, tous vivent ensemble tant bien que mal, répartis dans deux communautés bien distinctes qu’il ne faut surtout pas mélanger, celle des blancs et celle des noirs. La population noire est malmenée, exploitée, victimes de la suprématie des blancs qui les oppressent, les écrasent, qui annihilent tout ce qu’ils sont en tant qu’êtres humains.

Nous avons tous entendu parler de la ségrégation pendant notre parcours scolaire plus ou moins lointain : on sait vaguement à quelle période elle s’est déroulée, on connait vaguement le KKK, l’histoire de Rosa Parks, mais nos connaissances sur le sujet restent, pour la plupart, limitée malgré tout. Là où l’auteur a fait fort, c’est qu’il a réussi le tour de force de rendre abordable un thriller historique même aux plus réfractaires du genre dont je fais moi-même partie d’ailleurs. Nicolas Koch jongle habilement entre documentation sur le sujet et nécessité de garder un rythme d’intrigue digne d’un thriller. Pas d’ennui, pas de temps mort, l’enquête est passionnante, ce que nous apprenons au sujet de cette période historique est très intéressant même s’il faut bien avouer que certains passages sont difficiles, et pourtant il m’en faut pour m’émouvoir dans une lecture hein ! L’auteur ne fait pas dans le voyeurisme et ici, pas de surenchère dans le gore, le sensationnel et le dégueu… Le réalisme est au centre de tout, et finalement l’effet produit est pire, en quelque sorte, car on sait que ce qu’il nous raconte a existé à quelques milliers de kilomètres de chez nous, il y a tout juste cinquante ans. Finalement on se dit que parfois, l’horreur de la réalité dépasse de bien loin celle de la fiction.

Enfin, côté écriture, Un fruit amer se distingue par le fait que l’auteur possède d’indeniables qualités de narration, donnant une consonance très littéraire au texte,avec un habile mélange de soin apporté à l’écriture tout en conservant le soucis d’écrire un vrai thriller.

Le mot de la fin

Vous savez que vous êtes en train de vivre vraiment votre lecture quand vous pensez à votre bouquin lorsque vous reprenez le déroulé de votre vie quotidienne (faut bien manger de temps en temps !), et qu’il vous tarde de remettre le nez dedans.

Un fruit amer est un vrai gros coup de coeur pour moi, et je ne peux que vous recommander de le découvrir. Faites confiance aux nouveaux auteurs français émergents, certains ont de très belles choses à vous faire découvrir.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s