Editions La bête noire, Editions La Bête Noire Robert Laffon

L’île au ciel noir – Lara Dearman

Je vous ai parlé en tout début d’année du premier livre de Lara Dearman, La griffe du diable, qui avait été pour moi un vrai bon moment de lecture. C’est toujours délicat pour moi de débuter le second opus d’une série quand j’ai autant le premier. Je ne vais pas vous faire beaucoup de suspense aujourd’hui, mais j’ai encore plus aimé celui-ci que le premier !

Lecture ultra rapide, aussitôt commencé, aussitôt terminé !

Je vous parle aujourd’hui de L’île au ciel noir, de Lara Dearman, paru aux Editions La Bête Noire.

L’histoire (4è de couverture)

Pas de voitures sur les routes, seulement des calèches et des vélos. Pas de lumière la nuit, seulement les étoiles dans un ciel parfaitement noir. Ce petit bout de terre, situé à quelques kilomètres à l’est de Guernesey, c’est l’île de Sercq. Population : quatre cent cinquante habitants.
Quand des ossements humains y sont découverts et qu’un vieil homme est brutalement assassiné chez lui, l’inspecteur-chef Gilbert est appelé de Guernesey pour se charger de l’affaire – suivie de près par la journaliste Jennifer Dorey, qui vient recueillir les réactions des îliens pour son journal. Entre superstitions, histoires de fantômes et de diable, Michael et Jenny vont découvrir que ce havre de paix et de sérénité cache en son cœur de sombres secrets…

On prend les mêmes ingrédients, et on recommence… Mais en mieux !

J’ai retrouvé ici tout ce que j’aime dans mes lectures, car le suspense passe non seulement par la sensation d’étouffement liée au huis clos insulaire, mais aussi par de multiples rebondissements, plus nombreux que dans le premier, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je vous le répète assez souvent, je n’ai pas forcément besoin d’un livre qui va à 100 à l’heure pour accrocher à ma lecture, j’ai besoin que l’intrigue ait du corps, un certain poids, j’ai besoin de ressentir l’atmosphère pesante des lieux pour m’imaginer en faire partie intégrante. Je vous dirais même que les descriptions des paysages et de cet environnement, que fait Lara Dearman ajoute un peu de dramatique à son histoire : une petite île coupée du monde, balayée par le vent dans les eaux froides de l’Atlantique, les nuages qui vous écrasent comme une chape de plomb, accentuant encore l’effet du huis clos.

Côté intrigue policière, je l’ai trouvée relativement similaire au premier tome dans sa construction, exception faite que les morts y sont plus nombreux, les crimes plus sanglants et contrastent complètement avec l’ambiance familiale qui règne sur l’île. On ne tue pas de manière aussi sauvage sur une île de 450 habitants non… C’est bon pour la ville, ce genre de crimes ! L’effet de sidération est donc total, la petite communauté insulaire est secouée, attaquée en plein cœur, et un certain sentiment de panique s’empare de ses habitants. C’est forcément quelqu’un du coin qui est dans le coup… Mais qui ?

Climat de suspicion, on regarde de loin son voisin en imaginant que c’est peut-être lui le coupable…
Climat de terreur, on n’ose plus sortir de chez soi de peur de tomber sur le meurtrier…
Climat d’angoisse, mais qui est capable d’une horreur pareille ?

Le mot de la fin

Je réitère ce que j’ai dit dans ma première chronique, Lara Dearman a ce petit côté Peter May que j’adore, qui arrive complètement à me faire oublier la lenteur de l’intrigue tant elle réussit à créer une atmosphère palpable qui prend toute la place. L’auteure a une nouvelle grande fan, j’ai été conquise par ce deuxième opus et j’attends le troisième avec hâte !

Il est, pour moi, nécessaire de lire le premier tome de Lara Dearman car les références qui y sont ici sont nombreuses, et qu’on retrouve un certain fil rouge autour de certains événements. Difficile d’en dire plus, mais je vous invite à lire La griffe du diable malgré tout, d’autant plus qu’il vient de paraître en format poche.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s