Non classé

L’outsider – Stephen King

15 ans… Que dis-je ? Plus de 15 ans que je n’avais plus lu un bouquin de Stephen King. L’auteur a bercé mon adolescence tumultueuse pendant laquelle je lisais absolument tous les livres fantastiques qui me passaient sous la main, quitte à m’en déclencher des nuits blanches et des cauchemars tant je suis une vraie mauviette dès qu’il s’agit d’horreur ! Et puis, je me suis lassée du genre fantastique, jusqu’à arrêter d’en lire complètement, sans jamais réussir à revenir dessus.

Sauf que quand Stephen King, auteur contemporain absolument incontournable et Maître incontesté d’une énorme communauté de lecteurs, revient avec un thriller plus ancré dans la réalité que dans le fantastique, je me laisse séduire… Et j’ai bien fait, quelles belles retrouvailles entre lui et moi !

Je vous parle aujourd’hui de L’outsider, de Stephen King, qui est publié aujourd’hui chez Albin Michel.

L’histoire (4è de couverture)

Le Diable peut avoir de nombreux visages. Et s’il avait le vôtre ?

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent.
Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?

L’outsider, c’est quoi ?

C’est une plongée en plein cœur d’une enquête sur le meurtre abominable d’un jeune garçon, une enquête dans laquelle vous évoluerez aussi bien aux côtés de la police, que des avocats, que du présumé coupable, de ses proches, ou encore des parents de la victime… C’est donc une multiplicité de personnages qui vous est proposée ici, rendant l’ouvrage dense et occasionnant quelques neurones en moins pour le lecteur… En langage parlé, je vous dirais que j’ai « fumé de la tête », en langage blogueuse littéraire je vous dirais plutôt que j’ai fait chauffer mes méninges pour essayer d’y voir plus clair dans cette intrigue très, très mystérieuse. En effet, tout accable le présumé coupable, toutes les preuves convergent vers une seule et unique personne. Le hic ? C’est que le jour du meurtre, il n’était pas dans le secteur, et il y a des preuves, irréfutables cette fois encore, qu’il n’était pas présent en ville le jour où le gamin a été massacré. De là, commence un incroyable jeu de pistes pour tenter de faire la lumière sur cette sombre affaire. Et ce qu’on peut dire, c’est qu’il maîtrise le thriller policier, notre Stephen King !

Alors, verdict ?

Mais quelle atmosphère absolument incroyable dans ce bouquin, même dans les moments où l’intrigue stagne et où il ne se passe pas grand-chose au niveau de l’enquête ! Après en avoir parlé avec mon chroniqueur préféré Il en pense quoi Nico ? qui l’a lu en même temps que moi et qui est un fan incontesté de l’auteur, c’est un peu la marque de fabrique de King, de prendre son temps, de décortiquer méticuleusement les événements, sans forcément écrire une intrigue qui va à cent à l’heure. Malgré tout, je n’ai pas senti le poids de ces longueurs car il y a quelque chose qui a fait que je n’arrivais pas à poser mon bouquin. Et ce quelque chose, c’est la plume incroyable de l’auteur, noire au possible, glauque même par moment ! Il n’y a même pas beaucoup de violence finalement dans ce livre, enfin je veux dire, OK, le meurtre est vraiment sauvage, mais l’auteur ne s’attarde pas dessus, ni sur l’autopsie. La violence réside surtout dans les émotions, les sentiments, dans cette critique que l’auteur fait de la société américaine : il est question ici de la place de la justice aux Etats-Unis, (et quand on parle de justice, je dirais que c’est plutôt un sentiment d’injustice qui domine ici), une justice qui jette en pâture un homme malgré des zones d’ombres présentes dans l’enquête, quitte à briser sa vie, sa famille, sa réputation. Les comportements humains sont décortiqués, et on sombre dans ce qu’il y a de plus noir dans l’individu. Les drames seront nombreux, le lecteur est impuissant face à l’engrenage qui se met en place, et il ne peut qu’assister aux conséquences catastrophiques du cercle vicieux qui s’est mis en place. Dans le genre noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir, il est bon Mr King !

L’intrigue est située en plein cœur des Etats-Unis, dans une petite ville où tous se connaissent et vivent dans une sorte de communauté. J’apprécie beaucoup ce genre d’environnement car ça crée un lien fort avec les personnages, et que ça engendre un véritable climat malsain et suspicieux.

On notera deux parties distinctes dans le récit, difficile d’en dire plus sans spoiler l’intrigue, mais si une bonne première moitié de L’outsider est consacrée à l’enquête policière, on bascule ensuite vers quelque chose de différent, donnant une puissance particulière au livre qui m’a fait retrouver le King de mon adolescence.

Le mot de la fin

Mr Serial Lecteur : « Hein ?? Tu regardes une série avec moi ce soir ? Tu lis pas ?! Et d’ailleurs, pourquoi ça fait 3 jours que t’as rien lu ?!« 
Mme Serial Lectrice : « Parce que j’ai fini mon King et…. que je me sens vide depuis que je l’ai terminé... »

Quelle puissance dans l’écriture de l’auteur, quelle maîtrise du suspense, et quelle agréable surprise finalement de retrouver celui qui a fait mon éducation littéraire de très jeune adulte ! J’ai été tellement immergée dans la vie de cette communauté et dans ce livre que j’ai une sorte de spleen, je ressens un vide comme quand je rentre de voyage…

On sait depuis quelques temps que L’outsider sera adapté en série par HBO. Je serai fidèle au poste !

Je recommande, et je m’en vais direct acheter ses autres thrillers !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s