Coup de coeur, Editions Taurnada, Français, Polar/thriller français

Mauvais genre – Isabelle Villain

Les avis sont unanimement positifs sur ce livre, et je vais suivre le mouvement pour une fois car c’est une vraie belle découverte pour moi ! Si vous voulez un vrai bon polar, celui-ci devrait vous plaire !

Je ne connaissais pas du tout cette auteure avant qu’elle ne signe dans sa nouvelle maison d’édition Taurnada. J’aime les femmes qui écrivent de la littéraire noire, j’aime découvrir ces écritures féminines et en même temps parfois tellement violentes.

Je vous parle aujourd’hui de Mauvais genre, écrit par Isabelle Villain et paru en novembre aux Editions Taurnada.

L’histoire (4è de couverture)

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Excellente découverte !

Au programme de mauvais genre : un cadavre, sinon c’est pas drôle, une enquête policière que nous suivons au plus près, immergés au sein d’une brigade de flics, une vieille enquête que tout le monde pensait bouclée qui revient en pleine tête des enquêteurs et qui ne manquera pas de causer des dégâts et un certain stress au sein de l’équipe, des rebondissements judicieusement placés, histoire de te donner un petit coup de fouet, ami lecteur, pour te donner encore plus envie de continuer ta lecture… Vous l’aurez compris, l’auteure a respecté tous les codes du genre pour nous offrir un thriller résolument dynamique et accrocheur ! Niveau rythme, et là ça me plaît : aucun temps mort, aucun coup de mou durant ma lecture, c’est un livre qui se lit d’une traite !

Une des grandes forces de ce roman réside dans son prologue absolument incroyable qui vous plonge dans la noirceur de l’histoire qui va suivre. Je n’aime pas lire les prologues habituellement, souvent passe dessus en diagonale d’ailleurs, parce qu’ils m’ennuient ou qu’ils sont trop mystérieux, et je n’aime pas l’effet qu’ils produisent, à savoir te mettre l’eau à la bouche pour repartir, au premier chapitre, sur quelque chose de complètement différent, créant une cassure de rythme, ce qui a pour but de me faire retomber comme un soufflé. (vous pouvez me lyncher allez-y :) )

Dans Mauvais genre, c’est complètement différent. L’auteure nous propose une entrée en matière forte, puissante, qui nous fait rentrer dans le vif du sujet en quelques minutes seulement, et qui ne manquera pas d’égratigner votre petit cœur de lecteur au passage. C’est la force des mots choisis et de la situation vécue par les personnages qui a déclenché mon intérêt pour ce bouquin, un intérêt qui s’est maintenu durant toute ma lecture.

Et puis , comme une sorte de résonance, il y a cet épilogue, bâti sur le même procédé que le prologue : moment fort, scène difficile qui t’en arracherait presque la larmichette dans ton œil de serial lecteur, les émotions sont au cœur de tout alors qu’elles avaient plus ou moins été laissées de côté pour focaliser notre attention sur l’enquête. On retrouve également ce sentiment de vide, qui fait écho à celui qu’on a éprouvé durant le prologue. Cette symétrie dans la construction du début et du final du livre donnent le sentiment d’un parfait achèvement. La boucle est bouclée, vous pouvez passer à autre chose maintenant. Vraiment ? Pas si sûr en fait ! Car si cet épilogue marque le point final de Mauvais genre, il laisse néanmoins une ouverture béante vers une potentielle suite. Et ça, j’adhère total !

Et cette fin mes amis ! Sidérante, impossible à deviner, mais c’est quoi ce final de dingue ?! Mais qu’est-ce que j’ai pu louper dans ma lecture pour passer à côté de ça ? Rien ! Car je suis une lectrice attentive oui, mais l’auteure m’a complètement baladée

Le mot de la fin

Décidément, je n’ai jamais été déçue par les Editions Taurnada !

Outre l’aspect thriller, Mauvais genre aborde des thèmes difficiles, réalistes, de la violence faites aux femmes, des transgenres qui essaient tant bien que mal de mener une vie normale…

Une lecture captivante qui me donne envie de continuer de découvrir cette auteure ! Un vrai petit coup de cœur !

Je recommande !

1 réflexion au sujet de “Mauvais genre – Isabelle Villain”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s