Editions Ring

Sa majesté des ombres – Ghislain Gilberti

Que dire de plus, quand l’auteur Sire Cedric en personne a déjà résumé en une seule phrase tout ce que j’ai à exprimer au sujet de ma lecture ? « Aussi brute et puissante que ses héroïnes, la nouvelle trilogie de Ghislain Gilberti est une drogue dure. ».

Ghislain Gilberti est un auteur français que je suis depuis plusieurs années, et il fait partie des rares écrivains à me faire lire ses bouquins sans même que je m’intéresse à la quatrième de couverture, mes expériences de lectures passées m’ont déjà largement convaincue et j’ai une confiance aveugle en lui, je sais qu’à chaque fois, ça sera une réussite.

Sa majesté des ombres est le premier tome d’une trilogie, et on peut dire que j’ai eu quelques sueurs froides en voyant le pavé, 736 pages quand même… C’est lourd, c’est dense, ça peut vite devenir chiant si ça tire en longueur et je ne suis pas dans une période actuellement où j’ai envie de lire de très gros bouquins… Sauf que Ghislain Gilberti n’est pas du genre à broder pour rien, juste pour noircir les pages… La preuve, je me suis enfilé en moins de 72h le bouquin ! Vous voulez de l’action, amis lecteurs ? Vous n’aimez pas les gentils thrillers mous qui prennent leur temps ? J’ai ce qu’il vous faut !

Je vous parle aujourd’hui de Sa majesté des ombres, de Ghislain Gilberti, paru en 2018 aux Editions Ring.

L’histoire (4è de couverture)

Un cartel d’un nouveau genre, invisible et sans pitié.
Une drogue d’une pureté inédite.
Un réseau de dealers sous pression, déployé à travers l’Europe et coupé de la tête de l’organisation.
Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.
Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.
Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?
Bienvenue dans le Réseau Fantôme.

Entre Braquo et Breaking Bad, Sa Majesté des Ombres ouvre magistralement la nouvelle épopée du thriller hexagonal.

C’est quoi cette brique là !

Un livre, 736 pages, moult chapitres déroulés dans 4 parties bien distinctes. En réalité, je dirais plutôt que le livre est découpé en deux grandes parties. La première est comme une sorte de prémices, elle sert de base à ce qui va suivre, comme un gigantesque prologue d’une centaine de pages. On se retrouve en 2003, à suivre une bande de gros trafiquants de drogue et de flics qui sont après eux, ces événements vont être très importants pour le reste du livre donc soyez attentifs ! Si la première partie, à juste titre nommée Génèse, déroule une intrigue qui prend son temps, il y a une rupture franche et nette à la fin de celle-ci, et c’est littéralement une explosion qui s’en suit, tant en terme de rythme qu’en terme de rebondissements ! Si j’étais déjà bien ancrée dans mon histoire à ce moment, j’ai été propulsée dans la suite du récit, jusqu’à sa toute dernière page et je n’ai ressenti aucune lassitude durant ma lecture.

Prévoyez quand même de passer des nuits courtes – ça tombe bien, il fait trop chaud pour dormir en ce moment – parce que forcément quand on lit un bouquin où il se passe toujours quelque chose, on n’a pas forcément envie de le refermer pour accomplir certaines obligations de la vie quotidienne !

« In the Shadow of the Valley of Death
They slit our wrists and send us to heaven
The first flower after the flood »
– Marilyn Manson –

Sa majesté des ombres est une véritable immersion dans le milieu du trafic de drogues. Tiens donc… Il me semble que ce n’est pas la première fois que l’auteur nous emmène glisser sur les pentes vertigineuses de la drogue dure, de celle qu’on s’injecte de les veines pour monter haut, très haut, mais qui dévaste des vies en plongeant ses consommateurs dans des profondeurs abyssales, ravageant tout sur son passage. La drogue est un sujet récurrent chez Ghislain Gilberti, rappelez-vous, je vous ai parlé à mainte reprise de Dynamique du chaos, coup de cœur ultime de mon année 2017… Ce qui change ici, c’est qu’on est dans une fiction, il n’est pas question d’un récit en partie autobiographique cette fois. On est dans du thriller, du vrai, peut-être même du polar d’ailleurs car on va suivre des équipes de flics qui enquête conjointement sur le milieu des stupéfiants, et sur une série de meurtre qui, vous vous en douterez, sera liée à ce trafic. Ça pète et ça castagne de partout, et en même temps je retrouve cette sensibilité si caractéristique de la plume de Ghislain Gilberti, qui arriverait presque à adoucir la noirceur des événements dont nous sommes témoins.

Côté personnage, on est face à un joyeux bordel de méchants qu’on ne voudrait pas croiser dans une rue sombre la nuit, mais également face à une équipe de flics ripoux enragés de se voir envahis par l’excellente Cécile Sanchez, personnage dont nous avons pu faire connaissance dans la précédente série de l’auteur. Difficile de ne pas accrocher à cette enquêtrice/mentaliste, tant son personnage est développé de manière à plaire au lecteur. Elle est la force, elle est le point central du livre, elle est celle qui prend toute la place dans l’intrigue, reléguant le reste des personnages au second plan.

Le mot de la fin

Je ne peux m’empêcher de penser que, même s’il ne s’agit pas d’un récit autobiographique, le passé de l’auteur lui donne une capacité à parler de ce milieu comme peu d’auteurs savent le faire, de manière profonde, crédible et sans tabou. Tout est dans le détail, tout réside dans sa capacité à créer une intrigue réaliste, et le fait qu’il situe son intrigue en province, en Alsace précisément, renforce en nous le fait de se dire que ça peut arriver partout, à chaque coin de rue, y compris dans votre gentil petit lotissement de classe moyenne.

Sa majesté des ombres est un véritable tir de précision, il m’a atteinte en pleine tronche, il est d’une puissance explosive et j’en redemande encore !

Et maintenant il va falloir que je sois patiente, car le tome 2 sera publié dans quelques mois seulement…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s