Editions Ring, Non classé

Les marcheurs – Frédéric Mars

Qu’il est étrange de lire ce thriller alors que l’actualité est secouée une fois de plus par la folie des hommes et du terrorisme… Et qu’il est étrange de savoir que l’auteur l’a écrit et publié une première fois il y a 6 ans, avant que le monde occidental ne soit touché de plein fouet par une vague d’attentats sans précédents…

Laura, une de mes contacts littéraires, m’a dit « je suis sûre qu’il peut te plaire ce livre« . Alors j’ai fait confiance, bien qu’un peu angoissée à l’idée de me lancer dans un pavé de plus de 700 pages, ma précédente lecture de très gros livre ne s’était pas forcément bien passée, vous vous en souvenez sans doute… Sauf qu’il y a les auteurs qui ont « l’art » d’écrire des pavés avec du néant (oops!), et il y a les autres. Frédéric Mars fait partie des autres. Il en faut du talent pour me tenir pendant 720 pages, sans que j’ai à un moment envie de lâcher ma lecture, et rares sont ceux qui y arrivent parce que je suis une lectrice qui a besoin que ça dépote, et que toute lassitude chez moi engendre un arrêt quasi systématique de mon bouquin (et accessoirement s’attire mes foudres sur les réseaux sociaux).

Je vous parle aujourd’hui du prochain livre qui va directement rejoindre votre PAL après avoir lu ma chronique, Les marcheurs, de Frédéric Mars, fraîchement paru aux Editions Ring.

L’histoire (4è de couverture)

9 septembre, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. A peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’i explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S’ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient, quels que soient leur âge, leur sexe et le couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu’on appelle les marcheurs de la mort ne fait que commencer.

Captivant !

Frédéric Mars a réussi à créer, dès les premières pages, une ambiance électrique, angoissante, provoquant un état de stress permanent chez le lecteur, d’un bout à l’autre de sa lecture.

Les marcheurs, c’est un livre dans lequel l’action ne s’arrête strictement jamais. A grand renfort de rebondissements et de scènes spectaculaires, l’auteur ne vous laissera jamais reprendre votre respiration, et son intrigue est bâtie de telle sorte qu’à chaque fois vous vous direz « bon allez, encore un chapitre et je referme pour ce soir« , mais vous continuerez inlassablement votre lecture parce que vous voudrez en savoir toujours plus sur l’évolution de ce carnage annoncé.

Parce que clairement, on peut parler de carnage ici : le pacemaker de plusieurs milliers d’américains est piégé, et leur seul espoir de survivre est de marcher, sans s’arrêter. Ils seront des centaines, des milliers à déambuler à la manière de zombies, à travers les rues de Manhattan, des heures durant, parfois jusqu’à épuisement, ou jusqu’à croiser un cinglé prêt à en découdre en leur faire sauter le caisson, dans cette Amérique armée jusqu’aux dents. Et puis, il y a cette peur sournoise qui va s’immiscer en vous, parce que ces victimes pourraient être vos proches. Les terroristes ont frappé à l’aveugle, en masse, des innocents, et c’est leur côté « citoyen lambda » qui rend l’intrigue si crédible et flippante.

L’omniscience dans laquelle le lecteur est placé fait encore monter d’un cran la sensation d’immersion ainsi que la crédibilité du livre : vous vous retrouverez tour à tour du côté des victimes, des marcheurs, des enquêteurs, du FBI, et même du Président des Etats-Unis, vous suivrez au plus près l’évolution de la situation et vous ne pourrez, bien souvent qu’en constater les dégâts.

L’ouvrage est très fourni au niveau documentation, l’auteur sait de quoi il parle en terme d’organisations terroristes et de conflits géopolitiques. Frédéric s’appuie de manière très habile sur l’actualité de l’époque pour crédibiliser son intrigue, et malgré des sujets sérieux qui ne m’intéressent pas forcément de prime abord (le terrorisme, les problèmes diplomatiques et géopolitiques), il expose les faits de manière à capter toute notre attention et de plaire même aux récalcitrants comme moi. Gros point positif, un glossaire placé dans les dernières pages du livre, histoire de vous expliquer ce que sont les différentes organisations gouvernementales que vous allez rencontrer durant votre lecture, et une liste de personnages au tout début car ils sont relativement nombreux.

Le mot de la fin

Les marcheurs est un livre qui m’a complètement obnubilée à partir du moment où je l’ai commencé ! Il est un thriller captivant, au réalisme glaçant, je n’aime pas le terme de page-turner, très à la mode actuellement, mais force est de constater que c’est ce que j’ai ressenti lors de ma lecture.

A la manière d’un scénariste, Frédéric Mars décrit minutieusement l’environnement dans lequel évoluent les multiples personnages que nous accompagnons, donnant l’impression d’un livre très imaginé, quasi cinématographique. Je le verrais bien adapté pour le cinéma tiens ! J’ai eu l’impression de me balader dans les rues de New York aux côtés d’eux, de ressentir leurs angoisses, leur souffrance, de sentir mon cœur battre au rythme de cette ville.

Je recommande chaudement, et à moins de 10€, ça serait franchement naze de passer à côté 🙂

[ Ils a aussi aimé le livre, et le conseille dans une vidéo au top : Il en pense quoi Nico ?  ]

2 réflexions au sujet de “Les marcheurs – Frédéric Mars”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s