Editions Pocket

La menace – SK Tremayne

J’ai un peu de retard dans mes chroniques et lectures, la semaine dernière a été très chargée sur le plan personnel et je n’ai quasiment rien lu et ne me suis quasiment pas connectée sur mon blog ! Je rattrape donc sans plus tarder mon retard en vous parlant du livre La menace de SK Treymayne, paru tout récemment aux Editions Pocket.

J’ai découvert cet auteur britannique l’an dernier lorsque j’ai lu son premier livre, Le doute, qui avait été un réel coup de cœur l’an dernier pour moi, donc aucun doute possible, il me fallait découvrir celui-ci !

Embarquez votre imperméable le plus chic, je vous emmène en Cornouaille, dans une bien étrange histoire de famille.

L’histoire (4è de couverture)

Sur les falaises de Penwith, au sud-ouest de l’Angleterre, Rachel prend ses marques dans la majestueuse demeure de son mari, David, avec l’impression d’avoir enfin trouvé sa place. Et se réjouit de l’affection de son jeune beau-fils, Jamie, 8 ans. Elle, issue des quartiers pauvres de Londres, lui, beau et riche veuf, sont prêts pour une nouvelle vie. Mais, très vite, Rachel est alertée par le comportement troublant de Jamie, ses absences et ses rêves prémonitoires. Peu à peu, le sentiment d’isolement et la solitude s’abattent sur la maison, tandis que ressurgit le souvenir pesant de Nina, la première femme de David, morte dans un mystérieux accident. Alors que le doute et la suspicion semblent s’insinuer partout, Jamie prédit à Rachel qu’elle mourra à Noël…

Sortez-moi de cette maison de fous !

J’ai eu un peu peur en lisant la 4è de couverture de La menace car le résumé me paraissait relativement proche du livre Le doute. Alors oui, il y a des similitudes au niveau du cadre de l’intrigue : on est coincés dans une maison perdue au fin fond de la cambrousse, au milieu d’une famille banale, en apparence, où rien ne va se dérouler comme prévu… Et pourtant l’auteur a malgré tout réussi à écrire une histoire complètement différente, malgré ces similitudes apparentes.

C’est à nouveau un huis-clos que nous propose ici l’auteur. C’est sans doute un peu sa marque de fabrique, et moi j’aime bien les huis-clos parce qu’il y a une multitude de manières d’aborder cette thématique dans les thrillers et que si c’est vraiment bien maîtrisé, ça en fait un parfait sujet pour faire monter la tension chez le lecteur qui se sent irrémédiablement oppressé et pris au piège. Effet réussi, car ça a fonctionné ici chez moi, peut-être même plus que dans le doute car je me suis sentie vraiment très mal à l’aise dans cette maison inquiétante. Et ce qui est encore plus inquiétant, ce sont les personnages…

SK Tremayne nous place au sein d’une petite famille à priori sans histoire : un riche veuf épouse une jeune londonienne qui a grandi dans une cité minable, où l’argent ne coulait pas à flot, le jeune fils orphelin de mère qui accueille sa belle-mère un peu comme sa nouvelle mère… ça fait un peu cliché tout ça, vu de l’extérieur, un peu romance d’ailleurs… Je frôle la crise d’angoisse dans les premières pages, la romance c’est pas pour moi, vraiment, et je crains de me retrouver dans un « thriller pour bonne femme » comme j’aime les appeler, à la Marie Higgins Clark. Qu’on soit clair, il en faut pour tous les goûts et je ne critique par les lectrices qui aiment ce genre de bouquins. Mais vraiment, ce n’est pas pour moi… il me faut plus que ça, bien plus costaud que ça. Et rapidement mes doutes ont été balayés parce que j’ai compris que les personnages étaient complètement frappés et qu’aucun d’entre eux n’était normal. Ajouté au huis-clos, ça promettait un thriller comme je les aime !

Derrière cette apparence lisse et parfaite, quand tu grattes un peu la couche dorée, tu te rends compte qu’ils ont, chacun, du plus jeune au plus ancien, un état psychologique profondément instable, et des secrets à cacher ! Clairement, il n’y a aucun personnage sain d’esprit dans ce bouquin, et tout l’art de l’auteur réside dans le fait qu’il focalise les doutes des lecteurs tantôt vers un personnage, tantôt vers un autre… Nous serons bien incapables, durant notre lecture, de savoir à qui nous pouvons nous fier. Cela engendre un réel suspens qui ne m’a pas quitté durant toute ma lecture, et c’est tout ce que je demande à un thriller !

Le mot de la fin

Ce livre n’est pas forcément un coup de cœur, mais ça a été une bonne lecture divertissante. J’ai ressenti quelques longueurs par moment, surtout vers la fin, mais pas assez pour me lasser et me faire poser mon livre.

J’ai apprécié le fait que SK Tremayne développe de manière très large l’environnement dans lequel évolue le personnage : il y a la mer, les falaises, les villages de Cornouailles… je suis très sensible à la description des paysages et des lieux car ça ajoute, la plupart du temps dans les thrillers, une atmosphère assez flippante.

Je recommande !

2 réflexions au sujet de “La menace – SK Tremayne”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s