Editions Taurnada, Non classé

Le fruit de ma colère – Mehdy Brunet

Je vous avais parlé de Mehdy Brunet fin 2016 avec son premier livre, Sans raison. Il avait fait partie de mon top 7 2016, avec un des prologues les plus poignants, les plus puissants, que j’ai pu lire dans toute ma vie de lectrice.

Je n’ai même pas lu la quatrième couverture de ce second opus. C’est un thriller, c’est Mehdy Brunet, ça me suffit pour me décider à le lire. J’ai une confiance aveugle en cet auteur depuis son précédent livre, parce qu’il m’a vraiment marquée au fer rouge, tellement que deux ans après, je me souviens encore dans les détails de toute l’intrigue tellement j’ai été bouleversée par cette sombre histoire de vengeance.

Le fruit de ma colère peut se lire indépendamment de Sans raison mais je ne vous le conseille pas. D’abord, parce que ça serait vraiment très dommage de passer à côté de ce bouquin, et ensuite parce que les deux livres sont malgré tout liés, je vous expliquerai ça un peu plus loin dans ma chronique.

Je vous parle aujourd’hui du deuxième thriller de Mehdy Brunet, paru tout récemment aux Editions Taurnada.

L’histoire (4è de couverture)

Le jour où Ackerman vient demander de l’aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé. Il faut faire vite, agir rapidement.

Josey n’hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre. Ensemble, ils vont découvrir que la colère et la vengeance peuvent prendre bien des visages. Et s’il était déjà trop tard?

On prend les mêmes ingrédients, et on recommence !

Le ton est donné dès le titre. Sans même lire la 4è de couverture, on sait qu’on va plonger à nouveau dans une histoire de vengeance, à l’image de son premier thriller, Sans raison. Légère crainte dans un premier temps : peur que l’auteur s’enferme dans un thème unique, peur de redondances au niveau de l’intrigue, peur d’un livre trop calqué sur le premier.

Et puis, surprise au moment de commencer ma lecture ! Je reconnais certains personnages présents dans le premier opus de l’auteur ! Cerveau qui s’enclenche : « mais euhhhhh je croyais qu’elle était vraiment terminée moi l’histoire précédente ?  » ça bouillonne sévère dans ma boîte crânienne car je me demande ce que j’ai bien pu louper dans ma dernière lecture, car je suis sûre de me rappeler de toute l’histoire et je n’ai, par contre, aucun souvenir d’une ouverture possible vers une quelconque suite !

Alors, on est dans une suite, ou pas ? Et bien pas tant que ça en fait ! Parce que si on retrouve certains personnages connus, et que certaines mentions sont faites sur l’histoire précédente, les similitudes s’arrêtent là car on repart sur une histoire complètement différente, mais toujours aussi intense par contre – préparez les compresses ou les mouchoirs pour panser vos petits cœurs écorchés de lecteurs !

Le style de Mehdy s’affirme, il met au cœur de ses intrigues des sentiments humains forts, de ceux qui peuvent pousser un individu dans ses pires retranchements. Marqué au fer rouge par le drame qui a anéanti sa vie, Kowalsky se révèle d’un force mentale incroyable. Il fait partie des personnes qui transforment ces déchirures en hargne et en combativité. Il s’effondre dans un premier temps, et puis émerge l’envie, le besoin viscéral de se venger. Il n’essaie même pas de se sortir de cet état de colère dans lequel il évolue depuis la perte de sa femme et de sa fille, non, le pardon, il connaît pas. Il vit avec sa colère, la nourrit presque, il utilise cette rage pour évacuer cette souffrance qui le gangrène. C’est ça ou il crève, Kowalsky, étouffé par sa douleur impossible à apaiser.

La vengeance est un des thèmes de thriller que je préfère lire même si à chaque fois j’en bave sévère moralement parce que mine de rien, je suis quand même quelqu’un de super sensible. J’aime ce sujet parce qu’il implique tout un tas de sentiments humains violents, vifs et l’auteur en maîtrise à nouveau ici tous les codes et adapte son écriture en conséquent. Sans filtre ni tabou, Mehdy Brunet ne cherche pas à ménager notre sensibilité ni à rendre sympathiques ses personnages. Il nous offre un ouvrage sans fard, quelques scènes brutales qui ne durent jamais bien longtemps mais qui ont le mérite de vous coller un frisson désagréable le long de l’échine, et un rythme endiablé histoire que vous le lisiez d’une traite !

Et pourtant, malgré la brutalité des personnages et leurs actes plus que discutables, moi je les aime ces personnages abîmés, cabossés par la vie, qui ont tout perdu et qui survivent uniquement animés par les instincts les plus primaires qui subsistent en eux.

Le mot de la fin

C’est tout un panel de sentiments négatifs qui est présenté ici, mais au-delà de ça, Le fruit de ma colère est un thriller nerveux qui se lit d’une traite, qui reste profondément humain malgré la virulence qui anime cette intrigue. Vous vous demanderez à nouveau comment vous pourriez réagir face à un drame absolu. Laisseriez-vous faire la justice, ou vous feriez-vous justice vous-même ?

Je recommande, forcément !

1 réflexion au sujet de “Le fruit de ma colère – Mehdy Brunet”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s