Editions Fleuve noir, Non classé

Une proie si facile – Laura Marshall

Les lectures plaisantes se suivent actuellement, et c’est tant mieux parce que vu le temps en Lorraine, je n’ai vraiment rien envie de faire d’autre… J’ai envie en ce moment de lectures qui me déconnectent complètement de ma réalité, qui accaparent à 100% mon esprit, et c’est ce que j’ai trouvé ici.

Une proie si facile est le premier thriller édité de l’auteure anglaise Laura Marshall. Derrière un titre un peu passe partout à la Harlan Coben, l’écrivaine a su instaurer, sous les traits d’une intrigue à priori banale, un véritable livre à suspense qui vous fera passer un agréable moment de lecture.

Il vient tout juste de paraître chez Fleuve Editions.

L’histoire (4è de couverture)

Maria Weston demande à devenir ton amie.

Et si c’était ça, l’origine de tous les problèmes ?

Au collège, déjà, Maria Weston cherchait désespérément à être admise dans le cercle très fermé des filles les plus populaires de l’école. Mais les rumeurs précédant son arrivée en cours d’année avaient ruiné tous ses espoirs d’y parvenir. Pire encore, elle était devenue la victime facile de leurs manigances.

Quand Louise reçoit un jour une demande d’ajout d’ami émanant du compte Facebook de Maria, elle est horrifiée… Car Maria Weston est morte vingt-cinq ans plus tôt.

Alors que Louise a mis des années à enfouir le souvenir de cette fille tout au fond d’elle-même, l’invitation et les messages inquiétants qui s’ensuivent font d’un coup ressurgir le passé. Tout comme le secret de Louise, si intimement lié à la disparition de sa camarade.

Un secret qui, révélé au grand jour, pourrait bien détruire sa vie.

Un thriller dans l’air du temps

Je ne sais pas comment certains auteurs font pour embarquer leurs lecteurs dès les premières pages ou les premiers chapitres, mais c’est en tout cas ce que j’ai ressenti ici car je suis très rapidement rentrée dans ce livre et que je l’ai lu à la vitesse de l’éclair…

L’auteure alterne habilement son action entre deux périodes différentes : l’année 1989, où nous suivons un groupe d’adolescents, et 2016 où nous suivons les mêmes personnages à l’âge adulte alors que chacun est plus ou moins bien installé dans sa vie d’adulte. Le temps et la vie ont fait qu’ils ne se côtoient plus, jusqu’à une mystérieuse invitation Facebook envoyée par une de leur ancienne camarade… Morte depuis plusieurs années.

Nous évoluons aux côtés de Louise, jeune maman célibataire plaquée par son mari quelques années plus tôt pour une autre femme, en proie à une certaine déprime et un grand laisser-aller du fait de son célibat. Son personnage est central car c’est elle qui va recevoir la mystérieuse invitation. Nous la suivons dans sa vie professionnelle, dans sa vie quotidienne, nous assistons à ses errances, ses périodes de doute, mais aussi sa peur, engendrée par le contact qu’elle a reçu de son ancienne camarade, morte depuis plusieurs années. Je ne peux pas dire que j’ai toujours apprécié son personnage, c’était un peu les montagnes russes on va dire : parfois je la touchais touchante et attachante, parfois j’avais juste envie de la secouer pour la sortir dans sa torpeur.

Grâce à l’alternance entre le passé et le présent, nous découvrons plusieurs facettes de sa personnalité, et lentement, certaines zones d’ombres qui planaient sur le petit groupe d’amis nous sont dévoilées.

L’auteur prend son temps pour mettre en place une atmosphère angoisse, le suspense monte lentement, de manière à créer une tension narrative intéressante et à créer un besoin irrépressible de continuer notre lecture. Les rouages du thriller se mettent en place au fil des chapitres, et c’est une avalanche petits rebondissements qui engendre un suspense donnant une réelle dynamique à ce livre.

Laura Marshall s’appuie sur divers sujets d’actualité pour développer son intrigue tels que les dangers des réseaux sociaux ou le harcèlement scolaire. Véritable problème de société, le harcèlement scolaire existe depuis toujours, mais c’est depuis peu qu’il est largement repris dans les médias. Chacun pourra ici se retrouver dans la description qui est faite de l’adolescence : besoin d’appartenance à un groupe, rejet de l’autre parce que différent, pas assez populaire, pas assez beau, pas assez sportif ou pas assez en vogue. Derrière des blagues et coups tordus de mauvais goûts, c’est finalement toute une vie qui peut se retrouver durablement marquée par les cicatrices d’un rabaissement perpétuel. J’ai été particulièrement sensible sur ces détails de l’histoire parce que je suis du genre à me sentir touchée par les personnes fragiles qui subissent inlassablement sans broncher et que j’ai souvenir qu’effectivement, les choses se passaient bien comme ça dans les cours de l’école, même si je n’étais pas concernée par ce phénomène.

Le mot de la fin

Véritable page-turner, Une proie si facile plaira aux lecteurs de thrillers qui ont envie de se laisser embarquer dans une histoire et qui ne sont pas forcément adeptes des thrillers ultra-violents. Bien construit sur le plan narratif, je suis impressionnée que ce livre soit le premier écrit par cette auteure, et je ne doute pas que je vais continuer à la suivre dans ses prochaines parutions.

Je recommande !

1 réflexion au sujet de “Une proie si facile – Laura Marshall”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s