Editions Inspire, Non classé

Là-haut les anges – Chris Roy

Il y a des livres, comme ça, où on a même pas besoin de prendre de notes pour savoir qu’on va avoir beaucoup, beaucoup de choses à dire à son sujet. Mais promis, je vais me contenir et essayer de ne pas être trop longue pour ne pas vous perdre !

C’est le cas pour le premier livre de Chris Roy, Là-haut les anges, paru aux Editions Inspire. Il s’agit d’un thriller, profondément ancré dans la réalité et dans notre société actuelle, et c’est ce qui le rend aussi crédible… Et angoissant ! Vous me direz, avec toutes mes lectures noires depuis 8 ans, j’ai tendance à vite angoisser moi, ah ah !

Vous êtes prêts ? Alors on y va !

L’histoire (4è de couverture)

« Comme je me régale avec ces réseaux sociaux, comme il est facile de pénétrer la vie des gens ! Je pourrais y passer des heures, en devenant voyeur malgré moi. Quelle impudeur, toutes ces personnes qui s’affichent en toute impunité, sans contrainte, qui passent leurs journées à nous dire où ils se trouvent, avec qui, et si ça « lol » ! Seulement, je suis là, moi, et je fais mon petit marché tranquillement, je jauge, j’étudie, je dissèque, je décortique, je mange et me délecte, et puis pour finir : j’en choisis une, je la pubis… ou plutôt non, je la délivre…

Hacker de cœurs d’adolescentes, je me vois comme ça. »

Anna Santos a 15 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle est « hyper-connectée ». Comme toutes les filles de son âge, elle possède un compte Facebook. Comme toutes les filles de son âge, elle rêve d’amour. Comme toutes les filles de son âge, elle n’a peur de rien.E lle sera la première victime.

Sara Lopez, « trente plus », comme elle se plaît à dire aux curieux, se démène depuis plusieurs semaines pour stopper la cadence infernale d’un terrible prédateur qui terrorise la capitale. Mais entre une mère castratrice un collègue sex friend un peu trop pressant, la jeune capitaine pourrait bien passer à côté de l’évidence…

Là-haut les anges ? Ou plutôt descente en enfer ?!

Il est ici question des réseaux sociaux et de leurs dangers. On y est tous sur ces réseaux, plus ou moins connectés. On y croise une multitude de gens, qui viennent de partout en France, du monde même ! On échange, on s’expose, notre nom, nos photos, nos photos de voyages, nos avis. On est plus ou moins vigilants, en tant qu’adultes, parce qu’on sait qu’il y a des risques de tomber sur un cinglé. Mais les adolescents, ultra connectés, en recherche de vues, de likes, d’amour, sont-ils aussi vigilants qu’ils devraient l’être ? Ceux que nous rencontrons dans Là-haut les anges, en tout cas, ne le sont pas. Et je ne vous dévoile rien de l’intrigue en vous disant que les dégâts seront terribles, irréversibles.

L’auteur nous immerge parallèlement dans trois univers : celui des adolescents qui passent leur temps sur les réseaux sociaux, celui de l’équipe de flics qui sont chargés d’enquêter sur plusieurs meurtres de jeunes filles/jeunes enfants, et enfin dans la tête du tueur, qui correspond avec nous via une sorte de journal intime. C’est cette multiplicité de points de vue qui crée l’omniscience nécessaire pour nous plonger complètement dans l’intrigue, nous sommes dans le récit et pas simplement spectateurs de ce qui s’y déroule. Forcément, on s’attachera à certains personnages, notamment le duo Sara et Stan, deux enquêteurs de l’affaire.

Chacun peut s’identifier, chacun trouvera ça crédible parce que c’est justement dosé pour ne pas en faire de trop. Le fait que l’auteure nous plonge dans la vie de ces ados avant qu’ils ne finissent entre les mains du meurtrier crée une proximité entre les personnages et les lecteurs : on assiste à leurs côtés à leur petite vie tranquille, leurs tracas familiaux, leur vie avec leurs amis, leurs premiers émois sentimentaux, et puis la rencontre, celle qui mettra un point final à une vie bien trop courte. Nous sommes confrontés à la souffrance des familles, et assistons à quelques scènes vraiment intenses.

Le style de l’auteur

Le style d’écriture est simple, sans fioritures ni temps morts. Il se passe toujours quelque chose, malgré le piétinement dans l’enquête, et j’ai apprécié que les personnages soient développés au niveau de leur vie personnelle, car sans ça, je n’arrive pas à créer un lien avec eux et j’ai tendance à très vite les oublier.

L’écriture peut parfois sembler légèrement fragile lors de certains passages, mais il s’agit d’un premier roman, et qui plus est le rythme d’intrigue a réussi à contrebalancer ce seul petit point négatif. En tout cas, cela n’a pas été un problème pour moi. D’un autre côté, plus j’y réfléchis, et plus je me dis que le ton simple employé lors des moments où nous sommes aux côtés des jeunes adolescents accentue le réalisme de la situation. Il aurait été totalement hors de propos d’utiliser un langage soutenu alors que nous sommes confrontés à des jeunes gens, qui utilisent entre eux un jargon propre à leur génération.

Les meurtres sont nombreux, très nombreux. Nous sommes confrontés à une sorte de serial-killer : même mode opératoire, même jouissance lors de la réalisation de ces actes. Chris Roy ne décrit pas forcément chaque meurtre dans le détail, disons plutôt que plus nous avançons dans notre lecture, plus elle ose. Et plus ça fait mal. Une scène m’a terriblement marquée, racontée par le biais du journal intime du tueur. Pas forcément très longue, pas forcément trop de détails dégueulasses, mais juste quelques mots crus… Notre esprit fera le reste. Se succèdent alors des frissons d’horreur, la nausée… Bien joué Chris, il en faut pour me mettre dans un état pareil !

Le mot de la fin

Si comme moi, vous étiez déjà méfiants avant envers les réseaux sociaux, vous ressortirez de cette lecture légèrement plus angoissé qu’avant de l’avoir commencé, ah ah !

Là-haut les anges est un thriller profondément ancré dans la réalité, et j’ai apprécié de découvrir ce premier livre écrit par Chris Roy. J’apprécie beaucoup de découvrir de nouveaux auteurs, et j’aime encore plus donner envie aux lecteurs de les découvrir parce qu’il est nécessaire de donner une chance aux auteurs émergents, au risque d’arriver un jour à des lectures stéréotypés où tout le monde lirait la même chose.

 

 

1 réflexion au sujet de “Là-haut les anges – Chris Roy”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s