Bilans livresques

Bilan livresque d’août !

image

Ahhh je vous en bouche un coin là à publier mon bilan du mois dans les temps et pas 15 jours après hein 😀 ! Allez, plus sérieusement…

Août, les vacances, le soleil, la mer… Enfin pas pour tout le monde! Parce que moi, pas de congés, et en plus gros travaux dans nos extérieurs qui ont accaparé de longues heures de mon mois et tous mes week-ends du matin au soir! Et quand je ne remplissais pas des brouettes, ne piochait pas dans les cailloux, et n’étalais pas les 2 tonnes et demi d’ardoise, et bien je dormais pour récupérer !

Il en manque un sur la photo, car je n’ai pas encore le droit d’en parler. Je peux juste vous dire que vous allez l’ajouter à votre liste à acheter très rapidement après avoir lu ma chronique lorsqu’elle sortira!

Pour résumer, bon mois dans son ensemble, avec tout de même deux déceptions… Je commence à me rendre compte que je commence à devenir vraiment exigeante au sujet des thrillers psychologiques et que la plupart de ceux que j’ai pu lire récemment ne m’ont pas forcément plu.

Par ailleurs, j’ai fait une merveilleuse découverte, un coup de cœur, grâce à Peter May et son premier tome de la trilogie de Lewis.

[ 9 livres lus ]

François-Xavier DillardNe dis rien à papa (Editions Belfond)

« Ce que j’apprécie avec cet auteur, c’est qu’il va chercher loin dans les sujets dérangeants, mais qu’il fait ça de manière subtile en évitant que tomber dans quelque chose de too much ou de malsain qui aurait pour effet de nous mettre mal à l’aise. Clairement, certaines scènes vont vous glacer jusqu’aux os, mais on n’est pas dans le voyeurisme malsain qui nous donne envie de fermer le livre.« 

 

Jacques ExpertDeux gouttes d’eau (Editions Sonatine)

« C’est un puzzle machiavélique qui va se mettre en place, on est manipulé par l’auteur comme les flics le sont pas les deux hommes et tout au long de notre lecture, on fait comme l’équipe d’enquêteurs : on cherche, on creuse, on s’arrache les cheveux de la tête, on accuse tantôt l’un, tantôt l’autre, et je pense que j’ai cramé quelques-uns de mes neurones à force d’avoir autant réfléchi pour tenter de démêler les fils de cette situation ubuesque. Et ça, c’est le gros point fort de Jacques Expert ! « 

 

Patricia HespelLa fille derrière la porte

« Ma lecture se résume en un mot : soufflé. Ça monte, ça monte, et puis pfiioooout, ça s’effondre et ça ne remonte jamais!« 

 

Eric LangeIl ne nous reste que la violence (Editions La Martinière)

« Pour reprendre une de mes formules fétiches pour avertir les lecteurs qui me suivent, je dirais simplement que si vous aimez les belles histoires positives et remplies de bons sentiments, les p’tites pâquerettes et les p’tits chatons mignons, que vous êtes un tant soit peu soupe au lait, ce livre n’est pas fait pour vous. Par contre, si vous n’avez pas peur de lire un livre sombre, glauque, parfois malsain, et que vous n’avez pas peur d’avoir une prise de conscience au sujet du monde dans lequel nous vivons, d’une manière brute de décoffrage, ce livre est fait pour vous « 

 

Jean-Michel LecocqRejoins la meute !  (Editions de L’Harmattan)

« Objectivement, les meurtres sont vraiment atroces, je ne sais pas où l’auteur est allé nous chercher des scènes de crimes pareilles, mais en bonne lectrice barbare que je suis, vous vous doutez que j’ai aimé! On ne tombe à aucun moment dans le gore vu qu’on n’assiste pas aux exécutions, cependant il faut avouer qu’il y a de la recherche et un certain machiavélisme de la part de l’écrivain à donner une fin aussi macabre à ses personnages !« 

 

Peter MayL’île des chasseurs d’oiseaux ( Editions Acte Sud – Acte Noir, Babel Noir)

« J’ai rarement connu un auteur capable d’ancrer une histoire à ce point dans un décor, de créer une atmosphère qui nous plonge au cœur même d’un pays qu’on ne connaît pas, qui le décrit de telle manière et avec telle certaine poésie qu’on est irrémédiablement attiré par lui. La nature et les paysages sont au cœur de l’ouvrage, l’auteur joue avec les éléments climatiques et avec la rudesse du pays pour bousculer ses personnages au gré des conditions climatiques.« 

 

S.K. TreymaneLe doute (Editions Presses de la Cité)

« Dans Le doute, l’auteur met l’accent sur des descriptions régulières des paysages d’abord enchanteurs, puis de plus en plus inquiétants de ce secteur de l’île,  s’assombrissant à mesure que le temps se dégrade. Il s’appuie sur le climat redoutable qui frappe cette contrée, il le fait évoluer de manière de plus en plus tempétueuse, à mesure que l’intrigue se durcit et devient plus angoissante, comme s’il y avait une symbiose entre le déchaînement des éléments et la descente aux enfers des personnages. […] c’est savamment dosé, tout en subtilité, et ça ajoute un caractère irrespirable à l’intrigue. »

 

S.J. WatsonAvant d’aller dormir (Editions Sonatine)

« J’ai terminé ce livre uniquement parce que j’ai voulu connaître la fin. Clairement, j’ai eu le terrible sentiment d’être enlisée dans une histoire sans fin et de tourner en rond, de relire des dizaines de fois les mêmes passages en espérant jusqu’au dernier moment un rebondissement qui n’est pas venu.« 

 

4 réflexions au sujet de “Bilan livresque d’août !”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s